Mystica

Lectures de Sabbata

Dimanche 6 juillet 2014 à 14:43

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/lavoixdesangesannerice.jpg1750. Tonio, héritier d'une riche famille vénitienne, spolié et castré à l'âge de quinze ans, vit désespéré à l'idée de ne plus être " un homme ". Il trouvera le salut dans la musique et sa force dans la haine des siens. Guido, fils de paysans calabrais, lui aussi castré enfant, perd sa belle voix à dix-huit ans et devient compositeur. Guido rencontre Tonio et devient son professeur. À eux deux, ils pourront avoir le monde à leurs pieds et enfin mettre en ?uvre leur vengeance à l'encontre de ceux qui les ont amputés de leur virilité.

C’est officiellement mon premier pavé de l’été, mais aussi un des romans qui fait partie de mon challenge perso 2014. Parfois, il faut savoir faire une pierre deux coups. Je réduis ainsi ma pile de l’auteur, Anne Rice, qui m’a fait aimer la littérature fantastique, les vampires. Cela fait maintenant une décennie que je la connais à travers ses œuvres et je ne suis pas prête de la lâcher (j’ai encore 9 livres à lire, j’ai de quoi faire).

Ici, pas de fantastique, ce roman s’apparente davantage à un roman historique, prenant comme sujet les castrats italiens de la Renaissance. On peut y voir une sorte d’envoûtement grâce à l’écriture, la description des opéras, de la voix de Tonio, car c’est un personnage qui séduit, charme les spectateurs par sa beauté, mais aussi par son incroyable chant.

Il y a une grande recherche historique qui a été faite au préalable, mais aussi au niveau musical. En effet, l’auteur ne se contente pas d’écrire avec son imagination seule, elle nous prouve encore une fois qu’elle maîtrise son sujet, cela tourne parfois au documentaire, on apprend des choses insoupçonnées, j’étais parfois surprise d’apprendre des aspects de la vie des eunuques que je pensais impossible.

Trahisons, amour, loyauté, revanche, ce sont les mots que je retiendrai pour cette lecture. Nous suivons la vie de deux personnages qui vont se croiser, s’unir, afin de prouver qu’ils ont leur place dans la société, qu’ils sont essentiels, peuvent être au-dessus de tous, contrôler leurs ennemis. On ressent beaucoup de peine pour eux, on veut absolument qu’ils réussissent leurs projets, surtout celui de Tonio, coupé de sa famille, castré parce qu’il existe et dérange.

Je ne lis pas de romans historiques, j’ai toujours du mal à retourner dans le passé et apprendre des choses qui rompent avec mon idéal, ma vision scolaire de l’histoire, car on ne nous dit pas tout, et apprendre par les livres une certaine vérité me fait toujours quelque chose. C’est donc loin d’être mon roman préféré, pourtant, je suis très heureuse d’avoir lu La Voix des Anges, car l’écriture est toujours aussi sublime, je pense qu’il y a vraiment une très bonne traduction qui retranscrit ce que veut faire passer l’auteur.

Si vous aimez les romans bien écrits, une histoire qui se met en place doucement et qui prend le temps d’avancer, je vous le conseille vivement.

Mardi 1er juillet 2014 à 18:08

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/chasseusedelanuittome5reunisdanslatombe1437122250400.jpgAprès sa transformation en vampire, Cat Crawfield pensait pouvoir mener une vie tranquille auprès de son mari Bones.
C’était sans compter sur le fait que sa nature hybride ne la laisserait jamais rien faire comme tout le monde, pas même
mourir. Ses nouvelles capacités inattendues vont permettre à un fanatique d’attiser les tensions entre goules et vampires, mettant en péril une trêve ancestrale. Cat et Bones n’ont d’autre choix que de se battre une fois de plus car un affrontement entre ces deux puissantes communautés serait désastreux pour le monde entier.

Cinquième tome de la série Chasseuse de la Nuit, je suis heureuse de retrouver Cat et Bones après plusieurs mois d’arrêt. En effet, j’avais lu le tome 4 en octobre si mes souvenirs sont bons, j’ai dernièrement lu les aventures de Denise et Spade et Kira et Mencheres, mais retrouver le couple principal fait énormément de bien.

Pourtant, ce n’est pas mon tome préféré de la série. J’ai aimé l’intrigue, mais on rentre dans une certaine routine. Cat et Bones doivent éliminer un ennemi, les amis viennent à la rescousse, on va le détruire entre deux étreintes. Par contre, en parlant de câlins, il y a clairement moins de sexe ici, on ellipse certaines scènes, ce qui évite les répétitions et j’ai trouvé ça intelligent, rare sont les séries qui font attention à ce genre de choses. Bien entendu, cela ne veut pas dire que l’amour entre les protagonistes a changé, bien au contraire. Il y a toujours cette proximité et ce lien qui est indestructible.

La grande surprise reste tout de même la famille de Cat, à savoir sa mère et son oncle. Un événement en particulier a failli me faire verser ma petite larme, mais je suis restée forte pour lire la suite.

C’est un peu moins mouvementé que les tomes précédents, mais cela reste une lecture agréable. Bon à savoir, si vous voulez tester la nouvelle série concernant Vlad, lisez bien après ce tome. Et oui, même si le personnage mérite d’avoir une histoire d’amour, c’est quand même mieux quand on lit l’histoire dans l’ordre.

Donc bonne lecture. Même si j’ai une petite réserve, j’aime toujours cette série. Je vais stopper pour le moment et me concentrer sur d’autres auteurs, mais Jeanniene Frost n’est pas loin si j’ai besoin de me replonger dans l’univers de Cat.

Lundi 9 juin 2014 à 21:53

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/7842552.jpgUne statuette qui ricane au fond d’un vieux musée, un meutre étrange, un vol…
Et voilà la sérénité de la petite communauté des vampires de Londres à nouveau perturbée. Stella Hunyadi est mandatée par le ténébreux Rodrigue, maître de la ville, pour aller enquêter sur cette affaire pour le moins originale. En plus de cela, il faut gérer l’arrivée d’un envoyé du Prince de Paris dans la ville, invité au caractère particulièrement antipathique, qui débarque à Londres pour s’enquérir des expériences du mystérieux docteur de Mortepierre.
Les intrigues vont s’enchaîner et s’entremêler pour nos vampires qui ne seront pas au bout de leurs surprises. Car, au coeur de cet hiver londonien glacial, certains immortels risquent de se retrouver en position de faiblesse…



Suite du Manoir des Immortels qui se lit très vite, trop vite, on replonge avec plaisir  au XIXe siècle, époque romantique par excellence. Comme pour le premier tome, on suit l’histoire des vampires de Londres.

L’intrigue est toujours aussi bien menée, la chronologie regroupe les personnages  anglais connus de l’époque, qu’ils soient fictifs ou réels, comme Jack l’Eventreur (dans le premier tome), Sherlock Holmes, des personnes de la royauté… Mais c’est sans compter l’apport de la magie avec la statue d’Hécate et les facultés de certains vampires.

Stella est au cœur de l’histoire et doit absolument résoudre les problèmes qui se présentent, mais elle est également au cœur d’un affrontement silencieux entre Drake qui, malgré sa frivolité, semble s’être attaché à cette femme sans réellement avouer quoi que ce soit, et Rodrigue, le maitre de la ville, qui propose naturellement à Stella de s’unir à lui afin de développer ses capacités. L’un est avide de plaisirs, l’autre avide de pouvoirs, mais pensent-ils seulement au bien de la vampire ? (Réponse dans le tome 3 ?)

J’ai trouvé que ce tome était plus doux, comme s’il y avait une pause malgré l’agression à l’encontre d’une vampire, mais en même temps, ce tome semble annoncer quelque chose de puissant pour la suite et fin de la trilogie. Ce n’est donc pas mon tome préféré pour le moment, sans doute parce qu’il n’y a plus la surprise d’une nouvelle série. Néanmoins, j’aime toujours l’univers de l’auteure et vu le nombre de ses livres qui m’attendent sur ma PAL, je pense vite y remédier.

Mardi 20 mai 2014 à 17:16

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/81awaSkM3oLSL1500.jpgDans le Dernier Jour d'un condamné, un prisonnier réfléchit sur sa vie durant les heures qui précèdent son exécution... Au lecteur de l'accompagner dans ses souvenirs et dans ses peurs, de partager avec lui toutes les étapes qui mènent à la guillotine. Avec Claude Gueux, nous suivons l'itinéraire de la prison à l'échafaud d'un homme bon mais victime de l'injustice sociale. Deux romans bouleversants sur une pratique toujours actuelle dans le monde et contre laquelle Hugo se battit toute sa vie : la peine de mort.

Tiré au sort pour mon challenge perso 2014, ce sera ma dernière lecture d’auteurs français classiques, le reste étant de la littérature de l’imaginaire en général, sans compter un classique de la littérature anglaise qui devra être lu avant la fin de l’année. Il me reste donc 14 œuvres à lire absolument, c’est amplement faisable, en théorie. Mais parlons dès à présent de cette lecture.

Texte court de Victor Hugo, nous suivons ici les derniers instants d’un condamné à mort. C’est un sujet qui tenait à cœur l’auteur, lui qui était contre la peine de mort. Il aura fallu un siècle pour que son souhait de l’abolition soit exaucée. C’est pourquoi, le lire à notre époque n’a pas le même effet qu’autrefois, à moins de vivre dans un pays où cette loi existe toujours. Pourtant, c’est une réelle réflexion de la condition d’un condamné, de son ressenti alors qu’il sait quand il va mourir, ses regrets, ses envies qui ne seront jamais assouvis, ses déceptions,…

On suit les pensées d’un homme qui va être malgré lui l’attraction d’un peuple qui demande ce genre de « spectacle », à savoir la guillotine. Hugo prend donc parti ici, il est contre ce genre de procès qu’il considère comme de l’abus.

J’ai du mal à dire ce que je peux ressentir après cette lecture, car plus qu’un roman, c’est une sorte d’essai au sujet difficile, c’est une réflexion sur la condition humaine, sur les lois qu’a pu instaurer l’Homme mais aussi sur son comportement face à l’exécution d’un de ses semblables.

Ce texte peut faire écho à ce qui s’est passé il y a peu aux Etats-Unis, pourtant, je n’ai pas fait exprès de le lire maintenant, mais comme c’est un texte court et que j’avais un peu de temps, je voulais en quelque sorte m’en débarrasser. Victor Hugo est un génie dans différents genres de la littérature, et ce texte n’est pas une exception en termes de qualité. C’est donc une œuvre inclassable pour moi, qui mérite d’être lue et d’être étudiée, car elle permet l’échange d’opinion. Je suis contente de l’avoir lu, mais aussi très heureuse de passer à autre chose.


Lundi 19 mai 2014 à 11:23

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/13219896.jpg_ Reprenez la voie que vous avez abandonnée voilà bien longtemps… Vous êtes douée, Siobhàn Walkingstick, et votre esprit aspirait à exploiter les précieux dons de chamane que vous possédez depuis toujours. Soigner est le premier d’entre eux…

Alors que, gravement blessée, Joanne Walker erre aux confins de la vie et la mort, une voix mystérieuse, tel un guide spirituel, lui révèle le pouvoir qui est le sien de soigner ses propres blessures et de revenir à la vie.
Mais qui est-elle vraiment ? Joanne Walker, inspectrice à Seattle, une femme d’action qui n’a jamais cru à l’irrationnel et aux mondes parallèles ? Ou bien Siobhàn Walkingstick, une chamane dotée d’un étonnant pouvoir de guérison qui vient de la ramener à la vie ?
Quelques heures à peine après son agression, Joanne découvre que l’inconnue qu’elle avait cherché à protéger a été assassinée. Un assassinat lié à d’autres crimes, tous commis selon le même rituel.
Commence alors une enquête haletante au fil de laquelle elle va apprendre à naviguer entre différentes réalités et à connaître l’étendue de ses dons chamaniques pour déjouer les pièges mortels qui lui seront tendus…

On débute ici une nouvelle série de l’auteure, que je connaissais pour sa trilogie Les Négociateurs (La Malédiction de l’Aube/La Nuit du Dragon/La Gardienne de l’Aube) et que j’avais beaucoup appréciée. Clairement, ce n’est pas le même univers ici, l’héroïne n’en a pas moins un métissage qui la rend unique car elle est issue d’une alliance entre deux cultures : indienne et irlandaise. Drôle parfois, elle se construit au fil du livre, développe ses pouvoirs chamaniques petit à petit, on la suit dans ses recherches d’arrêter un demi-dieu dont les pouvoirs sont immenses.

Il y a peu de personnages, ce qui facilite la lecture. On se concentre davantage sur eux, on a l’impression de mieux les connaitre, de vraiment s’intéresser à eux du début à la fin. Editée chez Harlequin, cela ne reste pas moins une série où l’action est très présent, par contre, si vous vous attendiez au début d’une histoire d’amour, vous risquez d’être déçu, car l’héroïne n’a pas le temps de batifoler alors qu’elle peut mourir à chaque instant de la nuit ou du jour.

Au début, le roman peut paraître fade, il n’y a pas ce côté « addict » comme pour l’autre série, mais au fur et à mesure de la lecture, une demande se fait, celle de connaître la fin de cette aventure. En effet, Joanne/Siobhan est intrigante, elle développe un don qu’elle ne connaissait pas avant de rentrer de l’enterrement de sa mère en Irlande, c’est comme si on découvrait le monde surnaturel avec elle, ainsi, chaque lecteur peut s’identifier à l’héroïne. Finalement, on en redemande.

Les tomes 2 et 3 sont traduits mais disponibles en occasion, tandis que le tome 4 n’est disponible qu’en VO. Toutefois, si vous cherchez une série sympa à lire, je vous la conseille. Certes, elle ne révolutionne pas la littérature de l’imaginaire, mais elle est intrigante, passe bien quand vous ne savez pas quoi lire et que rien ne vous dit. C’est le genre de lecture qu’on prend l’été sur la plage ou pour s’évader toute l’année.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast