Mystica

Lectures de Sabbata

Vendredi 18 novembre 2011 à 17:19

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/lecriduloup.jpg"Anna est un loup-garou. Elle découvre un nouveau sens à son existence quand le fils du roi des loups-garous débarque en ville pour réprimer les troubles au sein de la meute de Chicago... et qu il insuffle à Anna un pouvoir qu elle n avait jamais ressenti."


Amateurs de la série Mercy Thompson, ce livre est fait pour vous !

L’auteur nous emmène une fois de plus dans l’univers des loups-garous en écrivant une histoire en lien avec la meute des Tri-Cities, puisque nous allons dans le Montana, l’Etat du Marrok Bran Cornick. L’action centrée sur Anna, louve-garou depuis trois ans maltraitée par son ancien alpha Léo, on la retrouve ici avec Charles, après qu’il soit venu l’aider. Charles est le fils du Marrok, mais aussi le frère de Samuel, connu pour être l’ancien amoureux de Mercy, et le compagnon d’Anna.

Par ailleurs, on apprend qu’Anna est un Oméga, soit un loup-garou puissant qui peut contrer les ordres des alphas et apaiser les loups autour d’elle. Elle découvre une grande attirance pour Charles, le compagnon de sa louve qu’il l’a accepté avant elle. Leur histoire d’amour se crée en douceur pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Une menace plane sur la meute, puisqu’il semblerait qu’un loup solitaire sème la panique dans les environs, mais la menace semble être étroitement avec le passé d’Asil, un loup dominant de la meute, autrefois compagnon d’une Oméga.

Alors qu’on parle beaucoup de Bran dans la série Mercy Thompson sans le voir (ou très peu), on découvre ici sa personnalité, protecteur envers ses fils et toute sa meute en général, on découvre un peu plus sur son passé. On connaissait déjà ses origines galloises, puisque Samuel a montré dans Le Baiser de Fer qu’il maîtrisait la langue, mais nous avons ici quelques informations supplémentaires, y compris pourquoi il prend une compagne qu’il n’aime pas d’amour. Tout s’éclaire dans les dernières pages sur sa personnalité.

On découvre également un Charles attachant malgré son statut d’assassin pour son père, il semble seulement maladroit parfois avec Anna, il a une certaine ressemblance avec le personnage de Clay dans la série Les Femmes de l’Outremonde.

Bien écrit, le lecteur est captivé par l’histoire du début à la fin. Les bons livres sur les loups-garous se font rares, mais Patricia Briggs semble être la maîtresse en la matière.

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/logovsabfa2.jpg
15/15 Imaginaire

Samedi 12 novembre 2011 à 17:34

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/LheritieredOwlon.jpg"Écrire un polar, c est finalement comme composer une musique. On pourrait alors se laisser tenter par un univers jazzy, donner dans la quarte, style be-bop. Mais on s aperçoit très vite que le rythme binaire convient le mieux. Aussi, même si l on ne veut pas faire d infidélités au jazz, on doit reconnaître qu écrire un polar, c est une démarche très rock n roll."


Même si à chaud, l’avis est partagé, il est plus positif que négatif, c’est pourquoi, je préfère commencer par le « pire » si on peut dire pour finir sur le « meilleur ».

L’histoire est plutôt courte, quoique ce ne soit pas un grand problème en soi, puisqu’elle permet d’être vite lue. Les chapitres sont très bien répartis, du coup, c’est plus facile pour pourvoir s’arrêter dans la lecture.

Mais ce qui est gênant, c’est la place que prend l’héroïne. Elle est un peu trop effacée, ce qui est dommage car s’il y avait eu un petit peu plus de scènes consacré à elle, c’était possible de la rendre plus accessible. D’un autre côté, n’est-ce pas fait exprès pour renforcer la personnalité du personnage, qui est au final comme une sorte de créature éphémère, bien loin de la réalité, comme un personnage de rêve par exemple ? Hypothèse qu’on peut prendre en compte.

Dernier point négatif (qui deviendra sans doute un point positif comme les précédents) : les explications qui ne sont pas assez clairs, le manque de précision. Ce n’est vraiment pas grand-chose, mais c’est un peu gênant parfois.

En revanche, pas mal de bons points, à commencer par l’écriture qui est tout simplement superbe, on croirait lire un livre du XIXe siècle, un peu dans la même veine que Baudelaire dans certains passages, sans oublier la chronologie très bien respectée.

Le réel et la fiction se mélangent à merveille, si bien que le roman devient passionnant, on pourrait facilement se laisser bercer par une histoire qui devient une sorte de légende urbaine qu’on s’échange lors des discussions festives.

L’histoire change du fantastique actuel qui tourne autour des mythes du vampire, donc on souffle un peu et cela rend l’œuvre originale, une sorte de pause entre deux romans sanguinaires qu’on s’apprête à lire (comme c’est mon cas).

Si l’auteur a d’autres projets de cette qualité, je suis prête à le suivre.

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/logovsabfa2.jpg
14/15 Imaginaire

Mercredi 9 novembre 2011 à 21:06

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/Flirt.jpg"When Anita Blake meets with prospective client Tony Bennington, who is desperate to have her reanimate his recently deceased wife, she is full of sympathy for his loss. Anita knows something about love, and she knows everything there is to know about loss. But what she also knows, though Tony Bennington seems unwilling to be convinced, is that the thing she can do as a necromancer isn't the miracle he thinks he needs. The creature that Anita could coerce to step out of the late Mrs. Bennington's grave would not be the lovely Mrs. Bennington. Not really. And not for long."


Première critique sur un livre lu dans sa version originale, si ce n’est pas beau tout ça. Alors déjà pourquoi le lire en anglais et non pas en traduction française ? Tout simplement parce que j’ai pu continuer cette série en anglais quand une vilaine maison d’édition française à lâcher l’affaire au tome 9. Du coup, fan de l’auteur, il fallait bien trouver une autre solution : lire en anglais, ce n’est que comme ça qu’on peut progresser dans la langue de Shakespeare. Sans oublier que pour le défi lecture, ce serait idiot de ma part de ne pas mettre au moins UN Laurell K Hamilton.

Dix-huitième tome de la série Anita Blake, Laurell K Hamilton nous donne un livre bien petit contrairement à d’autres. Pas très épais donc, l’histoire est malheureusement très simple, trop même. On retrouve Anita dans son premier travail, celui de réanimatrice. Elle accueille deux clients dans son bureau et refuse de réanimer leur proche car tous les deux ont des raisons peu valables. Bon, jusqu’à présent, c’est une situation basique, on peut passer à la suite.

Elle retrouve ses hommes (oui, oui, elle en a plusieurs, la veinarde) pour un déjeuner, très simple ici aussi. Puis l’histoire se corse : on la kidnappe pour l’obliger à relever un mort. Voilà, toute l’intrigue est ici et bien que j’adore cette série, c’était vraiment juste. On a l’impression qu’il manque des choses, comme si l’auteure n’était pas allée aussi loin qu’elle le peut d’habitude.

Bon point tout de même, il y a contrairement à d’autres romans seulement une scène torride, qui de plus, est assez soft au niveau de la description et la petite BD en fin de livre est mignonnette.

C’est vraiment dommage, Anita a le droit à un autre homme dans son entourage qui ressemble plus à un pantin qu’à un homme. Est-ce qu’il va rester ? On verra dans le tome suivant.

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/logovsabfa2.jpg

13/15 Imaginaire

 

Mardi 29 mars 2011 à 19:17

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/9782265076808FS.gifEn quittant son ami David pour épouser un amour de jeunesse, Janine Hartschorn a fait l'erreur de sa vie. Mari qui se révèle psychotique, grossesse imprévue, accouchement catastrophique où elle perd son enfant et frôle la mort. Mais ce n'est là que le début de ses épreuves. Car quand son sort était encore incertain et qu'elle était plongée dans le coma, elle s'est retrouvée dans un lieu étrange, au bord d'une rivière, sous un ciel constellé d'étoiles pourpres. Et, comme dans la mythologie grecque, Charon, le nocher des Enfers est venu à sa rencontre pour la conduire de l'autre côté du Styx. Dans un ultime sursaut de révolte, Janine a refusé de le suivre. Mais le passeur n'accepte pas un tel rejet des règles. Déterminé à emmener la jeune femme avec lui, il la traque d'abord dans ses rêves, puis jusque dans notre monde.


Il faut avouer que le sujet est intéressant. La grande question de ce livre est l’existence ou non d’un monde après la mort selon les croyances. On peut également se demander si la religion chrétienne s’est bien fondée à partir de rien ou s’il y a un reste des croyances polythéistes, ce qui est le cas ici. On fait référence au passeur du Styx, cette créature sur sa barque qui demande de l’argent pour le passage vers les Enfers.

L’héroïne nommée Janine, après avoir perdu son enfant, rencontre dans son coma ce passeur qu’elle personnifie. Arrive alors de nombreux événements qui bouleverseront sa vie : l’amour renaissant avec son ex, la vengeance d’un autre, une nouvelle amante pour une amie, des revenants…

Il n’y a pas vraiment de personnages attachants, mais certains se démarquent par leurs gestes, leurs émotions. 

Je dois avouer que faire une critique sur ce livre est bien difficile, tout simplement parce qu’à part faire passer le temps, ce n’est pas un livre que j’ai trouvé très utile pour ma culture personnelle. Bien que le sujet m’intéresse, à savoir s’il y a une autre vie après celle que nous vivons sur terre, j’ai trouvé que l’auteur dans son écriture manquait d’un petit je ne sais quoi afin de pimenter l’œuvre. Les héros, malgré leur histoire et leurs mésaventures, s’en sortent plutôt bien dans certaines situations, trop bien même pour que cela paraissent réaliste. 

Vous me direz que ce n’est qu’un roman, mais certains auteurs arrivent pourtant à entraîner le lecteur là où ils le souhaitent. Alors c’est peut-être aussi de ma faute, je n’étais peut-être pas conditionné pour le lire, mais d’après cette lecture, je ne trouve pas un grand intérêt pour ce livre. Il est à lire histoire de passer le temps, rien de plus.

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/logovsabfa2.jpg
5/15 Imaginaire

 

Mercredi 2 mars 2011 à 17:29

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/846223188.jpg
 
Quand il l'embrassa, Leya se sentit prise de vertige. Les lèvres de Brian avaient la douceur exquise d'un rayon de soleil qui aurait paresseusement glissé au creux de son cou, vers l'échancrure de son décolleté, là où son cœur battait à coups sourds. "Abandonne-toi, lui disait Brian, tu en as tellement envie... pourquoi nous refuser ce plaisir ?" Mais en contrepoint à cette ensorcelante mélopée, Leya entendit une autre voix, intérieure celle-là, qui lui chuchotait : "Il est trop tôt, Leya, si tu cèdes maintenant, Brian t'échappera..."

Une histoire digne des éditions Harlequin. Leya est une femme qui se dit banale alors qu’elle possède tous les atouts qu’un homme désire, à part son caractère spécial qui la rendra au finale plus intéressante pour le héros. 

Brian est quant à lui l’homme type de ce genre de roman à l’eau de rose : beau, intelligent, le genre d’homme qui vous promet le septième ciel et qui arrive à vous y emmener, avec une bonne situation financière. C’est une vraie tête à claque qui devient attendrissant au fur et à mesure de l’histoire. 

Quand on réunit les deux protagonistes, c’est une vraie étincelle, un feu d’artifice. Ils sont faits l’un pour l’autre, sont littéralement fous amoureux. Tout est parfait. 

Dans cette histoires, nos deux héros jouent au chat et à la souris : ils s’attirent physiquement, mais l’héroïne a peur de succomber et d’être prisonnière d’un amour qui pourrait être à sens unique, puis lorsqu’enfin, elle décide de répondre à ses pulsions, à l’ivresse de cette passion qui la dévore, c’est lui qui refuse car elle n’a pas entièrement confiance en lui. Bref, il faudra attendre un long cheminement pour que les deux héros succombent enfin à leur désir de s’unir. 

Mon avis sur cette histoire ? Bien que je ne sois pas fan extrême d’Harlequin, j’avoue avoir dévoré ce roman. Après tout, quelle femme n’a jamais rêvé d’être le centre d’attention d’un bel homme ? D’être aimé pour ce qu’elle est ? Qui n’a jamais rêvé de tant d’amour, d’attention ?

Alors effectivement, ce n’est pas de la grande littérature, mais que cela est reposant de lire un live sans prise de tête ! Je recommande donc ce livre à toute romantique qui sommeille en nous, évadons-nous !

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/logovsabfa2.jpg

 1/1 Harlequin

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast