Mystica

Lectures de Sabbata

Samedi 29 novembre 2014 à 14:07

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/ob1602c1sixieme.jpgAprès" Le Troisième Pôle", Smila Sibir et Ethan Terrel vivent de nouvelles aventures dans "La Sixième extinction".
Ce duo très spécial, aux prises avec une société secrète hors de contrôle, affronte tous les dangers aux quatre coins du monde. Alors que la paléoclimatologue Smila Sibir et Ethan Terrel, un agent de la DCRI, sont en Antarctique pour tenter de sauver la base Concordia d'une attaque à grande échelle, la Centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi est ébranlée par un puissant séisme de magnitude 9 au Japon. Le même jour, la famille d'Hidehiko Nishiyama, ingénieur pour l'entreprise en charge de la centrale, est attaquée. Puis, à Séoul, le dirigeant d'un puissant empire industriel est la cible d'une exécution dans les règles, tandis que les ingénieurs d'un laboratoire de l'Environnement sont éliminés froidement à Grenoble. Machinations, meurtres, spectre d'une extinction massive qui mettrait fin à l'espèce humaine. Quelles informations détenaient ces personnes pour qu'on veuille les faire taire ? Qui tire les ficelles du complot mondial auquel s'attaquent Smila et Ethan? Quelles sont leurs chances de survie ?



Le réchauffement climatique est au cœur de tous les sujets depuis quelques années, et la littérature n’échappe pas à ce sujet gravissime. Pourtant, le piège est de tomber dans la facilité ou la politique. Néanmoins, c’est loin d’être le cas dans ce roman. Explications.

Ce roman est très documenté, j’ai adoré voir des liens se former entre événements de ces dernières années et des organismes de différentes nationalités. C’est bien simple, Ethan et Smila ne savent plus à qui se fier et doivent pourtant coûte que coûte régler eux-mêmes les problèmes qui s’accumulent. C’est la suite du roman Le Troisième Pôle, que je n’ai pas lu. Cela aurait pu être problématique, mais il y a des retours sur ce qui s’est passé dans ce roman, le lecteur n’est donc pas jeté dans l’inconnu. Au contraire, on pourrait penser que c’est un tome unique, car l’intrigue n’est plus la même, il y a des révélations tout au long de la lecture.

J’adore la relation Ethan/Smila, qui n’est pas aisée. On ne tombe pas dans le cliché « on s’entraide et on couche ensemble ». Même si un lien se noue, la situation est trop compliquée pour qu’ils tentent quelque chose, c’est trop tôt. Quant aux autres personnages, on ne comprend pas bien leur lien avec ce couple atypique, mais tout se met rapidement en place et ils sont au final tous liés.

L’écriture est simple mais efficace, le timing du moindre événement est maitrisé. C’est une histoire prenante du début à la fin. J’ai trouvé un petit bémol concernant un épisode dans le dernier chapitre avant le prologue. Je ne voudrais pas spoiler, mais Ethan arrive à retourner la situation de manière étrange. Il n’y a aucune explication, mais ça me parait un peu gros, à moins qu’on ait l’explication dans un autre roman ?

En tout cas, j’ai passé un très bon moment de lecture. C’est un roman policier séduisant, complexe et intrigant. Laissez-vous tenter sans aucune hésitation !

Mardi 25 novembre 2014 à 13:02

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/9782811208653.jpg1735, Londres. Haytham Kenway a appris à manier l'épée depuis qu'il est capable d'en tenir une. Alors, quand des hommes armés attaquent la demeure familiale, assassinent son père et enlèvent sa soeur, Haytham défend son foyer de la seule manière possible : il tue. Après ce drame, un mystérieux tuteur le prend sous son aile et l'entraîne pour faire de lui un assassin redoutable. Consumé par sa soif de vengeance, Haytham se lance dans une véritable vendetta.

Je suis contente de l’avoir terminé, parce que je suis surprise par ce tome. En effet, tout au long de ma lecture, je me suis demandée où voulait en venir l’auteur, le pourquoi de ce tome, le lien avec les personnages précédents, sans compter que je me suis aperçue qu’Ezio me manquait. La fascination première pour cette série est l’histoire des Assassins, leur parcours, leur crédo, leurs inventions et leur entraînement. Quand on change trop quelque chose, c’est risqué.

Pour commencer, c’est sous forme de journal que l’histoire prend forme. Nous suivons Haytham, un jeune anglais de bonne famille qui écrit depuis l’enfance. Il y a des sauts dans le temps de plusieurs années afin de le suivre tout au long de sa vie, mais du coup, où est l’intrigue ? Sauver sa sœur kidnappée le jour de l’assassinat de son père ? Décoder un livre qui livre les secrets d’une vie d’êtres supérieurs ? Pour faire quoi ? Et le personnage, est-il si aveugle que ça ?

J’avoue ne pas avoir compris l’intérêt de ce tome où beaucoup de choses sont prévisibles, de plus, pour la première fois, nous suivons les pas d’un templier et non d’un assassin. Certes, son père l’était, mais c’est son histoire à lui qui nous intéresse du coup (ce sera le cas dans le tome suivant : Black Flag).

Je suis donc déçue par cette histoire car elle ne suit pas la ligne directrice. On peut tout de même saluer l’ingéniosité de voir dans l’autre camp, mais c’est tout. Après, ça reste une histoire qui se laisse lire, mais ça ne va pas plu loin.

Ayant reçu Unity, je vais mettre de côté le sixième tome pour lire ce qui se passe en France. Pour le moment, le peu que j’ai lu est pas mal du tout. Sans doute qu’un point de vue féminin y est pour quelque chose.

Vendredi 21 novembre 2014 à 13:59

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/image.jpgLe psychiatre m’avait pourtant prévenu. Il ne fallait pas tenter cette plongée dans les abîmes, tout seul. Surtout pas ! Vouloir remonter le temps ou plutôt le dérouler sans l’aide d’un compagnon de route, d’un guide de haute montagne aguerri, grand connaisseur du terrain et de tous les pièges que représente cette virée dans les recoins de ma mémoire, c’était de la folie !

J’ai pris plaisir à lire ce thriller qui sort un peu du lot. Je n’en lis pas beaucoup dans ce registre, mais j’ai remarqué qu’il y avait une grande diversité dans ce domaine et c’est très plaisant. De plus, l’auteur a une affinité particulière avec le sujet, puisqu’il est avant tout psychiatre et psychanalyste, c’est intéressant de voir ce qu’un patient pourrait penser, pourrait ressentir.

C’est un livre qui se lit assez vite, il fait un peu moins de 200 pages, mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas de qualité, car il est bien écrit, j’ai trouvé que l’auteur avait des formulations travaillées, et comme l’histoire est racontée sous le point de vue du personnage principal, on sent une réelle réflexion du moment, à moins que ce ne soit de sa folie qu’il parle…

Le livre est perturbant. Pourquoi ? Parce qu’on ne sait pas vraiment de quoi il s’agit. Le narrateur explique qu’il est enfermé, puis il raconte la disparition de sa femme et sa fille, la dernière étant malade. Il ne sait pas où elles sont, s’il les reverra, sans compter qu’il part se reposer dans une sorte de camping qui lui rappelle un passé obscur. Il y a comme un malaise parce que le lecteur n’arrive pas forcément à suivre l’intrigue. Que veut nous raconter le personnage principal ? De quoi est-il question, au final ?

Puis la fin éclaircit tout. Le sentiment de malaise disparait peu à peu. C’est osé de faire ce roman sous le point de vue d’une personne folle, car il y a des moments de lucidité et des moments complètement surréaliste, me faisant parfois penser à Shutter Island. Mais pour tout comprendre, je pense qu’il faudrait écrire une sorte de suite sous le point de vue d’un autre personnage, néanmoins, la force de ce roman repose justement sur cette part obscure, qu’on ne comprend pas forcément.

Je ne dirai pas que c’est le roman de l’année, celui qui m’a transporté, par contre, je trouve que c’est une très bonne trouvaille et je suis heureuse d’avoir pu connaître ce roman.

Mercredi 19 novembre 2014 à 21:57

Ce soir, j'ai envie de partager ce que j'ai reçu cette semaine dans ma boîte aux lettres. Je pense faire d'autres articles de ce genre à l'avenir, car cela fait un moment maintenant que je reçois des services presse afin de donner mon avis sur les sorties, dans différents domaines. A la base, c'est pour faire des chroniques sur un site que vous connaissez sans doute, celui de Lire ou Mourir, un site diversifié qui a une équipe vraiment formidable. Je reçois aussi des livres grâce à mon métier (celui de libraire), inutile de vous dire que j'ai donc toujours de quoi lire sous la main.
Pour commencer, voici une petite photo :
http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/WP001678.jpg
Le Premier reçu est La Zombie Chica de Laura Fernandez, une auteure espagnole éditée chez Denoël, une maison d'édition que j'aime de plus en plus car elle a un catalogue très intéressant. Il est en cours de lecture.

Deuxième livre : Le Doux Baiser du Serpent de Melissa de la Cruz chez livre de poche. C'est le deuxième tome de la série Sorcières de North Hampton, adapté en série malgré la totale liberté prise par l'équipe. Autant vous dire que c'est deux mondes à part.
Avis du tome 1 : Sorcières de North Hampton.

Troisième livre : Unity d'Oliver Bowden chez Milady, soit le tout dernier Assassin's Creed tant attendu. Je suis en pleine cure de cette série, car j'avais du retard au niveau lecture, mais n'ayez crainte, je vais vite rattraper mon retard.
Avis des tomes précédents :Renaissance, Brotherhood, La Croisade secrète, Révélations. Forsaken est en cours de lecture.

Allez, je vais aller lire pour changer :)

Lundi 10 novembre 2014 à 14:36

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/1210kara4org.jpgLes gens tombent comme des mouches autour de Kara. Les victimes ont un point commun : elles lui ont toutes fait du mal par le passé. La jeune femme cherche désespérément à comprendre le mobile des crimes pour éviter d’en être accusée. Lorsqu’elle découvre que la magie des arcanes et le royaume des démons sont impliqués dans ces décès, c’est la sécurité des deux mondes qui est mise à mal. L’enquête prend alors une toute nouvelle dimension.
Une course contre la montre qui pourrait bien mener Kara droit en enfer.


C’est de plus en plus difficile de donner un avis sur cette série et surtout, de l’arrêter. En effet, j’ai des lectures prioritaires qui m’empêchent parfois de lire ce que je veux, je fais le maximum pour allier les deux, mais pour le moment, cela risque d’être difficile de lire le cinquième tome qui vient de sortir, mais avant d’en arriver là, voyons déjà l’avis du tome 4.

Kara est de plus en plus dans la mouise, car on tente le tout pour l’invoquer dans le royaume des démons. Sans son fameux bracelet qui la rend intraçable, elle serait prisonnière du royaume depuis longtemps, mais elle est loin d’être tirée d’affaire, surtout quand des meurtres inexpliqués apparaissent. Parmi les victimes, que des personnes ayant un rapport avec son sombre passé. Coïncidences ? Certainement pas.

Dans ce tome, j’ai trouvé que Kara était plus en retrait, un peu écartée de son groupe d’amis, comme si elle voulait inconsciemment se séparer d’eux, et c’est un peu dommage. De plus, on avait une certaine promesse par rapport à l’identité de Ryan, et là, on reste un peu sur notre faim. Qui est-il, bon sang ?

On sent une réelle tension dans ce tome. Kara n’est pas tranquille, que ce soit à cause du démon invocateur ou à cause de ces meurtres qui la mettent mal à l’aise. Beaucoup de choses se passent, et le final est juste… mais pourquoi ? Comment peut-on arrêter notre lecture à ce moment-là ? Moi qui pensais pouvoir attendre un moment, histoire de lire mes services presses, je ne sais pas si je vais y arriver.

Honnêtement, cette série est un réel coup de cœur. Je me suis attachée à l’héroïne et toute sa bande. Ça m’ennuierait que Milady arrête la traduction car ils font des couvertures superbes et la série vaut le coup d’être connue en France. Bon, il y a parfois des problèmes de traduction, notamment au niveau des prénoms (j’ai remarqué un Jean au lieu de Jill), mais s’il y a bien une série qu’il faut soutenir, c’est celle-ci.

Vive Kara !

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast