Mystica

Lectures de Sabbata

Jeudi 31 juillet 2014 à 14:50

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/iliumcouverture2.jpgImaginez que les dieux de l'Olympe vivent sur Mars. Ils sont comme des superhéros qui se déplacent librement dans le temps et l'espace. Leur plus grand plaisir, c'est la Guerre de Troie. Alors, ils la regardent se jouer et envoient des érudits terriens de différentes époques pour vérifier les dires d'Homère et modifier les événements à leur gré. Thomas Hockenberry est de ceux-là : un scholiaste du XXe siècle dont la mission (forcée) est de faire triompher les Troyens.En orbite autour de Mars voguent deux Moravecs, intelligences artificielles dont les passions sont pour Ophu, Marcel Proust et pour Mahnmut, Shakespeare ! Ils ont pour mission d'observer les effets des manipulations quantiques dont abusent les dieux. C'est l'occasion d'une joute verbale sur leurs auteurs préférés...Enfin, sur Terre, il reste un million de posthumains décadents, figés dans une société policée où la nanotechnologie a remplacé la culture, la diversité, la réflexion et l'idée même de liberté. Pourtant l'un d'entre eux a appris à lire et cherche à comprendre ce qu'est devenu son monde...

Jamais je n’aurais lu ce livre sans le conseil d’un collègue, donc même s’il ne tombera pas sur cette chronique, je tiens à le remercier pour cette découverte, car j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui casse tous les codes, les registres, et qui nous donne un bon moment de lecture, une expérience unique.

C’est un gros roman, très intense, qui regroupe trois histoires que l’on pense dissociés, mais elles se réunissent malgré leurs univers très différents. En effet, nous suivons un groupe d’humain n’ayant aucune culture mais dépendant de la technologie, des robots sur Jupiter fan de Proust et de Shakespeare, ainsi qu’une nouvelle version de la guerre de Troie sur Mars, plus ou moins fidèle à la description faite par Homère.

Vous l’aurez compris, la revisite de cet épisode épique est complètement disjonctée, les dieux connaissent une technologie avancée et semblent redécouvrir cet événement, veulent imposer leur vision, accorder de l’importance à leurs caprices. Tout part en vrille, on assiste parfois à du vocabulaire très obscur, incompréhensible, mais passé quelques pages, on a l’impression que c’est normal. Il n’y a pas d’explication sur la façon de compter l’âge des humains, par exemple, mais peu importe, car l’intrigue principal est centrée sur les héros antiques.

Dan Simmons a une imagination qui ne connaît pas de limites, rappelant celle des enfants jouant avec différentes figurines, rassemblées dans un seul et même univers. C’est osé, mais bien maîtrisé, c’est génial !

Même si c’est ancré dans un univers de science-fiction parfois difficile à comprendre, j’ai trouvé l’histoire passionnante, le libre-arbitre est maître dans cet œuvre, cassant avec le fatalisme des histoires anciennes. Honnêtement, ce roman mériterait d’être adapté en série, car le visuel pourrait être très intéressant, et cela changerait de ce qui se fait en ce moment.

Mardi 29 juillet 2014 à 13:20

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/1406auguresorg.jpgLe monde d’Olivia Taylor-Jones, fille unique d’une riche et célèbre famille, bascule lorsqu’elle apprend qu’elle a été adoptée… et que ses vrais parents sont un couple de tueurs en série ! Une nouvelle qui jette son entourage dans un indésirable tourbillon médiatique.
Contrainte de fuir, Olivia se retrouve à Cainsville, une mystérieuse petite ville dont les habitants semblaient attendre sa venue. Elle y rencontre l’ancien avocat de sa mère, qui souhaite l’aider à découvrir la vérité sur ses origines. Mais alors qu’ils commencent à enquêter, Olivia se surprend à utiliser des capacités enfouies depuis son enfance, des dons qui font d’elle un apport précieux pour cette communauté recluse…



Je dois avouer que j’ai mis le temps pour lire ce roman, alors qu’au final, il m’aura fallu deux jours pour le boucler, comme si je l’avais démarré à un mauvais moment. De plus, j’ai vraiment aimé cette histoire, Kelley Armstrong nous montre une autre facette de son écriture et cela est plaisant.

L’histoire est complètement différente de sa série phare Femmes de l’Autremonde, bien qu’on retrouve une petite touche de surnaturel, mais  celle-ci s’apparente davantage à de l‘instinct qu’à de la magie. Il y a beaucoup de suspense, un plan machiavélique qui est mis en place, des personnages secrets que l’on veut connaître plus. Dans la façon dont l’histoire est tournée, on peut retrouver la plume de l’auteure, mais il faut y être attentif.

On suit donc l’histoire d’une femme, qui ne demande rien à personne et qui va voir sa vie basculer en apprenant que non seulement d’avoir été adoptée, elle est également fille de tueurs en série. Plutôt joyeux comme nouvelle, non ?

A la fin de la lecture, de nombreuses questions se posent et l’on veut lire la suite pour retrouver ce duo qui s’accorde à merveille, à savoir Olivia/Gabriel. On veut voir leur relation évoluée, on espère quelque chose qui n’est pas encore fait, peut-être dans le tome 2, qui sait ?

Je reste toujours perplexe par rapport à mon temps de lecture sur ce roman, car j’ai aimé l’histoire et c’est une auteure que j’adore, donc j’espère que ce sera la dernière fois. Encore une semaine avant un peu de vacances, je vais revoir mes futures lectures pour le coup.

Dimanche 27 juillet 2014 à 14:32

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/larmeedesmortseclipsepaninibookscover.jpgLes morts se relèvent et errent dans les rues en traquant les derniers survivants. Christopher Golden, auteur américain à succès, rassemble dans ce recueil 19 nouvelles de zombies par les plus grands auteurs d'aujourd?hui : Joe Hill, Max Brooks, Kelley Armstrong,Tad Williams, John Connolly et bien d'autres.

Je ne suis franchement pas fan de zombies, mais en voyant les 19 auteurs qui composaient cette anthologie, je me suis dit que ce serait pas mal d’enrichir ma culture sur cette créature. Le moins que l’on puisse dire est que c’est une véritable surprise, car il y a de tout ! Des nouvelles franchement cauchemardesques et d’autres plus soft.

Pour commencer, je dois avouer que certaines d’entre elles m’ont donné une impression de malaise. Il y a des points de vue qui se discutent, des images franchement horribles une fois que l’imaginaire se met en place : « Ce que savait Maisie », « Piège fantôme », « La porte des orages », « Les gosses et leurs jouets ». La dernière citée est sans doute celle qui m’a le plus empêché de dormir, tellement la cruauté est présente, alors que les protagonistes sont des enfants.

Je n’ai pas compris la présence de la nouvelle « Partie de billard » ici, comme si on voulait faire patienter le lecteur jusqu’à la fin, mais il n’y a aucun zombie et rien ne nous annonce ce que va devenir la victime. Je me demande encore si je n’ai pas raté quelque chose.

Le thème étant le zombie, certaines nouvelles sont conformes et exploitent le sujet sous toutes les coutures, retrouvant avec plaisir ou non cette créature qui nous dégoûte ou qui peut fasciner certains : « Cuivre », « Lazare », « Poussière », « Le zombie qui tomba du ciel », « Le cirque des morts en 140 caractères ».

Ensuite, il y a celles qui vont au-delà de ce qu’on attend du zombie, introduisant de la psychologie, des sentiments, des questionnements aussi. Ce sont des nouvelles qui donnent envie de s’intéresser à ce genre de littérature : « CPM », « Parmi nous », « Tournez la page », « Second souffle », « Ma Dolly ».

Enfin, il y a celles qui sont émouvantes, qui vous touche, donnant une nouvelle vision de cette créature détestée : « Sentence de vie », « Délice », « Les sanglots du vent ». Sans oublier le coup de cœur du recueil qui se nomme « Une affaire de famille », qui m’aura arraché quelques larmes, car la nouvelle est poignante, demande au lecteur une attention toute particulière et au final, on ne regrette pas d’avoir insisté pour lire le recueil.

Malgré des inégalités, c’est en général un bon recueil. Il est possible que certaines nouvelles ne soient pas au goût des lecteurs, mais chacun devrait y trouver son compte. Ce fut pour moi une bonne lecture, le genre de livre que l’on peut lire toute l’année, même si j’aurais bien vu cette lecture pour fin octobre.

Vendredi 25 juillet 2014 à 21:56

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/51Z9mpPRF8L.jpgJace et Clary se retrouvent, mais le jeune homme n'est plus le même : son sort est désormais lié par la démone Lilith à celui du maléfique Sebastian, dont il est devenu l'esclave dévoué. L'Enclave est prête à tout pour détruire Sebastian, mais impossible de tuer le mauvais sans perdre à jamais le bon... Alec, Magnus, Simon, Isabelle et Clary ne reculeront pourtant devant aucun sacrifice pour délivrer leur ami, faisant affaire avec démons et créatures démoniaques et invoquant jusqu'aux cruelles Soeurs de Fer. Mais reste-t-il quoi que ce soit de celui qu'ils aiment ?

C’était un peu difficile de se replonger dedans avec la fin du tome 4, mais l’appel fut plus grand et au final, une fois commencée, ce fut impossible de lâcher le livre jusqu’à la dernière ligne.

On va commencer par les personnages, parce que beaucoup de choses changent, comme s’ils se réveillaient après une longue sieste. Penons d’abord Simon et Isabelle. J’ai trouvé qu’ils gagnaient en maturité, ils passent de personnages secondaires à personnages qu’il faut suivre. Ce n’est pas le couple qui retient mon attention, mais j’ai aimé voir leur évolution. De son côté, Clary augmente au niveau des prises de risque, devenant une chasseuse d’ombres malgré elle et c’est plaisant de voir ça. Par contre, que foutent Jace et Alec ? Bon, pour le premier, on lui pardonne son comportement, mais le deuxième…

L’intrigue est plus simple dans ce tome. Il faut seulement découvrir le plan de Sébastien et récupérer Jace, pourtant, ce n’est pas aussi facile, et Clary est bien placé pour le savoir. Quant à l’avancement de l‘histoire, plus on avance, plus la situation empire. L’’obscurité semble prendre le pas sur Alicante et sur le monde des humains en général, impossible donc de prévoir la suite. Surtout que l’auteur a réussi à nous surprendre plus d’une fois, je me demande ce qui nous attend pour la suite.

Le petit bonus du tome : Maia/Jordan. C’est une petite relation sans prétention, qui commence à prendre de l’ampleur, est intéressante.

Encore un tome qui se lit bien et qui pourrait plaire les fans de la série. Le tome 6 sera le dernier et est sorti il y a peu aux USA, il faudra donc attendre la version française pour clore cette série.

Mardi 22 juillet 2014 à 18:08

C'est sans aucun doute le petit billet de la journée qui sert à rien, ou si, qui me sert à évacuer d'une certaine façon une frustration qui est, certes, passagère, mais qui fout pendant un moment le cafard. Voici la question du jour :

Est-ce si grave de mettre plus de temps que prévu pour lire un livre qu'au final, on a aimé ?
***********************************
********************
*********
***
*
(Vous avez trois heures. Dissertation en trois parties avec des conclusions partielles et tout le tralala.
Non, en fait, c'est une blague. J'ai arrêté les dissertations depuis un moment, alors autant dire son ressenti comme il vient
.)

Donc, la réponse idéale serait non, mais à quoi bon écrire, dans ce cas ? En réalité, je pourrais m'inventer des excuses pour avoir tant tarder à lire un livre :
1. je travaille
2. j'ai une vie de famille, un chat qui demande beaucoup d'attention
3. la lecture est un plaisir, arrêtons de se prendre la tête avec ça
4. participant à un site de chronique, les services presses passent avant les lectures plaisirs (même si elles sont aussi des lectures plaisirs)
5. je me suis mise à LOL récemment, c'est dingue comme ce jeu peut devenir addictif surtout quand vous flasher sur un perso
6. c'est l'été, psychologiquement, je suis programmée pour dormir plus à cause de la chaleur, bien qu'à l'heure où j'écris, je ne sais pas où elle est passée cette chaleur estivale
7. j'ai parfois envie d'écrire la suite de Mystica ou une nouvelle histoire, donc la lecture passe au second plan pendant une heure ou deux
8. le weekend, je ne suis quasiment pas chez moi

Bref, on va s'arrêter là sinon, on reste toute la nuit (un petit apéro pour mieux faire passer le temps ?).

Un mois, donc pour ce fameux livre, qui au final, est une très bonne surprise. Je crois simplement que ce n'était pas le moment de le lire il y a un mois, d'où la mise de côté, puisque deux ours auront suffit pour le terminer. Ce n'est pas grave, coucher sur papier mon expérience me fait du bien, même si personne ne lira le billet, au moins, je me fais ma petite thérapie. (Oui, tout ça pour ça, héhé, c''est dingue comme mon cerveau est bizarre).

Je pense tout de même que je vais devoir remettre les pendules à l'heure pendant ma petite semaine de vacances niveau lecture, prendre uniquement des livres que je veux lire sans me dire que certains sont prioritaires parce que ce sont des services presses ou parce que c'est essentiel de les lire pour mon boulot (à savoir libraire), ou même parce qu'ils font partis de mon challenge perso (il ne faut pas que je l'oublie, celui-là).

Voili, voilou, voilà. Comme c'est bon de faire quelque chose d'autres que lire, faire une chronique avant de refaire le tout une nouvelle fois encore et encore. Mais bon, je me laisse encore une petite journée avant de poster une nouvelle chronique. Voici celles qui vont arriver prochainement :

Mortal Instruments tome 5 de Cassandra Clare
L'Armée des Morts, une anthologie zombie chez Eclipse
Mauvais Augures de Kelley Armstrong

Et pour le plaisir, voici une photo des prochaines lectures, bien que Ilium soit déjà bien entamé. Bonne soirée à tous !

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/WP001510.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast