Mystica

Lectures de Sabbata

Vendredi 30 mai 2014 à 12:48

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/20451885.jpgA quinze ans, Nora est une incorrigible rêveuse. Elle reçoit une lettre de rupture adressée à son voisin, un dénommé Rodrigue. Elle lui renvoit. Il lui répond. De lettres en lettres, ils deviennent intimes. Nora ne peut s'empêcher de rêver à une histoire d'amour avec Rodrigue. Mais la réalité peut-elle être aussi belle que son imagination ?

Ayant une petite semaine de vacances, j’en profite pour me rattraper niveau lecture (ce qui ne permet pas de faire baisser ma PAL malheureusement), et j’ai ressenti une envie de lire un roman léger, qui nous tient pendant quelques heures en nous emmenant loin de la vie de tous les jours sans prise de tête. Je l’ai trouvé avec ce roman.

Nora entreprend une relation épistolaire avec son voisin qui vient de se faire larguer par lettre. Tous deux adolescents, on entrevoit deux façons d’écrire, l’une étant plus littéraire, l’autre plus brutale, plus masculine. L’auteure réussit à définir ses personnages dans leur écriture et même si on suit un peu le quotidien de la jeune fille, c’est le côté courrier qui retient notre attention, grâce à une typographie qui change selon l’expéditeur.

On découvre des problèmes d’adolescents, une envie de vivre une relation unique et différente, loin de la banalité, de la normalité, mais il y a le désir de voir plus loin. Rodrigue veut plus qu’une relation platonique et des sentiments naissent à travers les petits mots. Quant à Nora, c’est la peur de briser cette relation qui la renferme sur elle-même.

C’est une histoire légère qui n’a pas à rougir car elle est bien écrite et sort du lot. Elle a le mérite d’être prenante, on en vient à attendre la lettre suivante afin d’apporter une réponse au correspondant. Il y a des références littéraires intéressantes et l’histoire donne le sourire.

Grâce à ce roman, j’ai pu faire une pause dans la fantasy et j’ai passé un très bon moment de lecture.

 

Jeudi 29 mai 2014 à 15:24

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/51v9r2VDjmL.jpgKira Graceling, détective privé à Chicago, aurait dû passer son chemin. Mais son sens du devoir lui interdit d'ignorer les gémissements de douleur qu'elle entend. La victime, Mencheres, est un maître vampire qui pensait n'avoir plus rien à découvrir de la vie. Jusqu'à ce que Kira entre dans la sienne : intrépide, adorable et humaine, elle n'hésite pas à braver la mort pour le sauver. Il brûle d'amour pour elle, mais le danger se rapproche, et Mencheres doit choisir entre la femme qu'il désire et un plongeon dans la plus noire des magies.

Deuxième tome de la série Le Monde de la Chasseuse de la Nuit qui se concentre sur Mencheres, le grand-père vampirique de Bones. On le voit souvent dans la série initiale et malgré les petites cachotteries, il est plutôt en bons termes avec son petit-fils.

Ici, on découvre qu’il veut mettre fin à ses jours après avoir aidé à l’assassinat de sa femme Patra, laissant sa lignée et ses pouvoirs à Bones, pourtant, sa rencontre avec Kira, détective n’ayant pas froid aux yeux et n’hésitant pas une seconde pour aller sauver un vampire aux prises de goules, va changer ses plans.

Contrairement au premier tome, j’ai été moins emballée par cette histoire. Mencheres est un personnage très intéressant, il y a de l’action et j’aime beaucoup Kira, mais le fait de vouloir caser tous les vampires, à la fin, même si j’aime bien quand l’histoire se termine sur une bonne note, je trouve ça un peu redondant. La manière dont commence l’histoire est par contre toujours unique, c’est le résultat qui reste inchangé. Maintenant, j’avoue aimer la série car il y a de belles romances et mon côté fleur bleue ressort avec ces histoires.

Ce roman est un cran en-dessous par rapport à Première Goutte de Sang, cela ne m’empêche pas d’avoir ailé l’histoire et retrouver Cat et Bones sera un grand plaisir.

 

Mardi 27 mai 2014 à 14:36

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/1112mondechasseuse12.jpgLa nuit n'est pas sûre pour les mortels. Denise MacGregor ne sait que trop bien ce qui rôde dans l'ombre : sa meilleure amie Cat est une demi-vampire et elle est poursuivie par un démon changeforme. Sa survie dépend désormais d'un immortel que ses charmes ne laissent pas insensible. Il s'agit de Spade, un vampire vieux de plusieurs siècles aussi puissant que mystérieux. Denise éveille son désir, mais Spade sait qu'il doit réfréner ses fantasmes face au cauchemar qu'ils affrontent tous les deux... Car à la première goutte de sang versée, ils seront tous deux perdus.

Spade est sans aucun doute celui qu’on apprécie après Bones, car Bones reste numéro un pour de nombreuses raisons. Pourtant, pour ma part, ce fut l’inverse grâce à ce tome. Qu’on ne s’y méprenne pas, j’aime beaucoup le mari de Cat, mais Spade est différent et je le préfère pour ses manières, pour sa délicatesse et sa façon de séduire Denise sans qu’il ne le veuille au début.

Ce nouveau couple est sympa à suivre, j’aime bien cette idée de lui donner de l’importance pendant un tome, car Denise et Spade sont aussi intéressants que Cat et Bones, même si ces deux-là doivent garder la première place dans la série.

On se plonge facilement dans l’histoire, il y a une certaine sensualité entre les personnages qu’on ne peut ignorer, reconnaissant ainsi la plume de l’auteur. L’histoire d’amour est aussi importante que l’intrigue principale, si bien que j’ai tout aimé dans ce roman et savoure déjà le prochain tome de la série.

Ce petit avis n’apporte rien de constructif, c’est bien vrai, cela confirme juste mon statut de fan qui attend de pouvoir finir la série. Mais c’est tellement bon parfois de ne pas savoir quoi dire de plus !

Mardi 20 mai 2014 à 17:16

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/81awaSkM3oLSL1500.jpgDans le Dernier Jour d'un condamné, un prisonnier réfléchit sur sa vie durant les heures qui précèdent son exécution... Au lecteur de l'accompagner dans ses souvenirs et dans ses peurs, de partager avec lui toutes les étapes qui mènent à la guillotine. Avec Claude Gueux, nous suivons l'itinéraire de la prison à l'échafaud d'un homme bon mais victime de l'injustice sociale. Deux romans bouleversants sur une pratique toujours actuelle dans le monde et contre laquelle Hugo se battit toute sa vie : la peine de mort.

Tiré au sort pour mon challenge perso 2014, ce sera ma dernière lecture d’auteurs français classiques, le reste étant de la littérature de l’imaginaire en général, sans compter un classique de la littérature anglaise qui devra être lu avant la fin de l’année. Il me reste donc 14 œuvres à lire absolument, c’est amplement faisable, en théorie. Mais parlons dès à présent de cette lecture.

Texte court de Victor Hugo, nous suivons ici les derniers instants d’un condamné à mort. C’est un sujet qui tenait à cœur l’auteur, lui qui était contre la peine de mort. Il aura fallu un siècle pour que son souhait de l’abolition soit exaucée. C’est pourquoi, le lire à notre époque n’a pas le même effet qu’autrefois, à moins de vivre dans un pays où cette loi existe toujours. Pourtant, c’est une réelle réflexion de la condition d’un condamné, de son ressenti alors qu’il sait quand il va mourir, ses regrets, ses envies qui ne seront jamais assouvis, ses déceptions,…

On suit les pensées d’un homme qui va être malgré lui l’attraction d’un peuple qui demande ce genre de « spectacle », à savoir la guillotine. Hugo prend donc parti ici, il est contre ce genre de procès qu’il considère comme de l’abus.

J’ai du mal à dire ce que je peux ressentir après cette lecture, car plus qu’un roman, c’est une sorte d’essai au sujet difficile, c’est une réflexion sur la condition humaine, sur les lois qu’a pu instaurer l’Homme mais aussi sur son comportement face à l’exécution d’un de ses semblables.

Ce texte peut faire écho à ce qui s’est passé il y a peu aux Etats-Unis, pourtant, je n’ai pas fait exprès de le lire maintenant, mais comme c’est un texte court et que j’avais un peu de temps, je voulais en quelque sorte m’en débarrasser. Victor Hugo est un génie dans différents genres de la littérature, et ce texte n’est pas une exception en termes de qualité. C’est donc une œuvre inclassable pour moi, qui mérite d’être lue et d’être étudiée, car elle permet l’échange d’opinion. Je suis contente de l’avoir lu, mais aussi très heureuse de passer à autre chose.


Lundi 19 mai 2014 à 11:23

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/13219896.jpg_ Reprenez la voie que vous avez abandonnée voilà bien longtemps… Vous êtes douée, Siobhàn Walkingstick, et votre esprit aspirait à exploiter les précieux dons de chamane que vous possédez depuis toujours. Soigner est le premier d’entre eux…

Alors que, gravement blessée, Joanne Walker erre aux confins de la vie et la mort, une voix mystérieuse, tel un guide spirituel, lui révèle le pouvoir qui est le sien de soigner ses propres blessures et de revenir à la vie.
Mais qui est-elle vraiment ? Joanne Walker, inspectrice à Seattle, une femme d’action qui n’a jamais cru à l’irrationnel et aux mondes parallèles ? Ou bien Siobhàn Walkingstick, une chamane dotée d’un étonnant pouvoir de guérison qui vient de la ramener à la vie ?
Quelques heures à peine après son agression, Joanne découvre que l’inconnue qu’elle avait cherché à protéger a été assassinée. Un assassinat lié à d’autres crimes, tous commis selon le même rituel.
Commence alors une enquête haletante au fil de laquelle elle va apprendre à naviguer entre différentes réalités et à connaître l’étendue de ses dons chamaniques pour déjouer les pièges mortels qui lui seront tendus…

On débute ici une nouvelle série de l’auteure, que je connaissais pour sa trilogie Les Négociateurs (La Malédiction de l’Aube/La Nuit du Dragon/La Gardienne de l’Aube) et que j’avais beaucoup appréciée. Clairement, ce n’est pas le même univers ici, l’héroïne n’en a pas moins un métissage qui la rend unique car elle est issue d’une alliance entre deux cultures : indienne et irlandaise. Drôle parfois, elle se construit au fil du livre, développe ses pouvoirs chamaniques petit à petit, on la suit dans ses recherches d’arrêter un demi-dieu dont les pouvoirs sont immenses.

Il y a peu de personnages, ce qui facilite la lecture. On se concentre davantage sur eux, on a l’impression de mieux les connaitre, de vraiment s’intéresser à eux du début à la fin. Editée chez Harlequin, cela ne reste pas moins une série où l’action est très présent, par contre, si vous vous attendiez au début d’une histoire d’amour, vous risquez d’être déçu, car l’héroïne n’a pas le temps de batifoler alors qu’elle peut mourir à chaque instant de la nuit ou du jour.

Au début, le roman peut paraître fade, il n’y a pas ce côté « addict » comme pour l’autre série, mais au fur et à mesure de la lecture, une demande se fait, celle de connaître la fin de cette aventure. En effet, Joanne/Siobhan est intrigante, elle développe un don qu’elle ne connaissait pas avant de rentrer de l’enterrement de sa mère en Irlande, c’est comme si on découvrait le monde surnaturel avec elle, ainsi, chaque lecteur peut s’identifier à l’héroïne. Finalement, on en redemande.

Les tomes 2 et 3 sont traduits mais disponibles en occasion, tandis que le tome 4 n’est disponible qu’en VO. Toutefois, si vous cherchez une série sympa à lire, je vous la conseille. Certes, elle ne révolutionne pas la littérature de l’imaginaire, mais elle est intrigante, passe bien quand vous ne savez pas quoi lire et que rien ne vous dit. C’est le genre de lecture qu’on prend l’été sur la plage ou pour s’évader toute l’année.

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast