Mystica

Lectures de Sabbata

Mardi 28 mai 2013 à 16:05

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/resize1.jpg

Ca, c'est mon premier roman qui est en cours de réédition aux éditions Sharon Kena, histoire de retrouver le roman L'Enfant de la Délivrance. Du coup, on fait peau neuve. La couverture va changer grâce à une personne plus que talentueuse, le titre aussi, car je compte écrire un tome 2 et peut-être tome 3 si j'arrive à me trouver un peu de temps cet été.

C'est officiel, du coup, je suis super heureuse, car c'est une histoire qui compte beaucoup pour moi. J'ai commencé à l'écrire quand j'étais adolescente et je continue à avoir des idées, à inventer de nouvelles aventures pour mes différents personnages.

Ca prendra du temps, mais j'attendrai. Prochaine étape : les corrections et l'attente de la couverture pour la montrer. J'ai hâte !

Mercredi 22 mai 2013 à 17:41

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/1006cygne1.jpg"Ça, c'est tout moi ! Aucune vie sexuelle pendant des mois, et d'un coup, tous les obsédés de l'Outremonde se mettent à me courir après...
Eugenie Markham est chaman. Dotée de grands pouvoirs, elle exerce un fructueux business en bannissant de notre monde les Faës et autres esprits qui s'y aventurent. Engagée pour retrouver une ado enlevée dans l'Outremonde, Eugenie découvre une prophétie qui met au jour des secrets bien gardés de son passé et lui réserve de très désagréables perspectives d'avenir ! Eugenie a beau manier la baguette avec autant d'assurance que le flingue, il lui faut des alliés pour une telle mission. Elle aura Dorian, un roi Faë séducteur avec un faible pour le bondage, et Kiyo, un magnifique changeforme.
"

Bien que l’auteure soit plus connue pour sa série avec une héroïne succube, c’est la série Cygne Noir que j’ai voulu découvrir… il y a trois ans ! (Le club des escargots de lecture est ouvert pour ceux que ça intéressent). Mieux vaut tard que jamais, le premier tome me donne réellement envie de continuer cette aventure littéraire.

L’héroïne répond bien au personnage féminin moderne que l’on peut retrouver dans les romans fantastiques : courageuse, dominante, au cœur sensible, forte, complexe, diablement sexy… Pour le moment, elle semble être sans prise de tête pour le lecteur, espérons que cela continuera. Ses amants ne sont pas mal eux non plus, on retombe sur le schéma habituel de l’éternel trio et pour une fois, pas de préférence en vue. Ils sont différents, certes, mais je bloque un peu et mets quelques réserves (à voir dans le tome 3).

Il y a de l’action dès les premières pages, ce qui est un très bon point, car les séries ont souvent du mal à démarrer. Du coup, on rentre vite dans l’histoire et la lecture devient un réel plaisir. Peu de personnages, on n’est pas livré à nous-même une fois le livre commencé.

Bien qu’il y ait des ressemblances avec Les Sœurs de la Lune de Yasmine Galenorn, l’écriture est différente (et heureusement !), les scènes « d’amour » sont bien amenées et les réactions et choix de l’héroïne sont bien différents.

C’est encore une bonne série que je découvre et que je veux continuer, si jamais je réussis à la continuer, vu le nombre de série que j’ai commencé et qui sont en attente d’être lues. Mais j’ai cru comprendre que la série ne comportait que quatre tomes et c’est plutôt une bonne nouvelle pour le porte-monnaie. Wait and See !


Mardi 7 mai 2013 à 19:23

http://mystica.cowblog.fr/images/Divers/lamantdunenuit.jpgEh voilà ! Sortie depuis le 28 mars, l'idée de cette nouvelle était d'écrire quelque chose pour me détendre, ce qui voulait dire "écrire une histoire sans prise de tête". Sous forme de nouvelle, j'ai voulu écrire une histoire d'amour, quelque chose d'assez classique, qui pouvait m'entraîner loin de ma vie actuelle et des soucis que l'on peut rencontrer pendant cette période de l'année.

Après la lecture d'un avis négatif, le doute s'est installé sur la réelle motivation d'écrire. Dois-je d'abord écrire pour moi ou dois-je viser un public et faire en sorte qu'il aime mes publications ? Finalement, écrire pour soi est la meilleure chose à faire, de mon point de vue, car peu importe les avis que nous pouvons lire, il y aura toujours des gens qui ne seront pas touchés par ce que nous faisons, comme il y aura toujours des personnes qui pourront apprécier nos écrits.

Apparemment, c'est quand même le cas pour cette nouvelle qui se vend plutôt bien. Certes, elle n'est pas chère, donc les gens peuvent penser que ce n'est pas une grosse perte au cas où elle déplait et donc, pourquoi pas tenter cette lecture, mais peut-être que d'autres personnes voulaient vraiment lire cette nouvelle pour s'évader le temps de 60 pages. Il y a peut-être même des gens qui ont aimé cette histoire d'amour.

Peu importe les raisons, je suis heureuse depuis que j'ai su que le format ebook de cette nouvelle marchait bien auprès des lecteurs, et comme ce serait génial d'avoir des retombés après lecture ! Donc même si les personnes ayant acheté cette nouvelle ne liront jamais cet article sur mon blog, je tenais à dire un grand merci pour avoir pris la peine d'essayer de la lire, peu importe les avis négatifs qui peuvent tomber sur mon compte. Merci beaucoup !

Samedi 4 mai 2013 à 14:48

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/ChartreusedeParme.jpg"À Parme, l'ombre de la chartreuse s'étend sur la cour et sur les intrigues aristocratiques des quelques happy few qui l'animent : Gina la belle duchesse, le comte Mosca, mais surtout le jeune Fabrice del Dongo, qui suscite l'amour de tous ceux qui le croisent. Comment ne pas l'aimer, ce jeune rêveur plein de grâce, qui transfigure la réalité ? Mais lui, que tout le monde aime, qui saura-t-il aimer ? C'est la question qui hante Fabrice, et Stendhal nous entraîne dans sa quête, qui le conduira de Milan à Parme, de Waterloo au lac de Côme, jusqu'à la prison de la tour Farnèse où son destin va basculer..."

C’est étonnant de voir qu’un livre d’un auteur a pu nous déplaire ou nous mettre quelques réserves alors qu’un autre nous suscite de l’admiration ! Avec Stendhal, c’est le cas, pour ma part. Dernièrement, j’ai essayé de lire Le Rouge et le Noir, je me souviens avoir eu du mal à le lire, de comprendre le personnage principal, mais j’avais tout de même trouvé le roman intéressant. Ici, le début fut difficile, mais la suite m’a pas mal surprise, dans le bon sens.

Je ne dirai pas non plus que ce fut un coup de cœur, car le roman est long, beaucoup de personnages entrent en scène pour accompagner le personnage qui suscite de l’admiration dans la gente féminine : Fabrice Del Dongo. Du coup, à moins d’être très attentif, on peut vite se perdre. De plus, il y a parfois des descriptions voire des avis lancés par le narrateur qui cassent un peu la lecture. Voilà pour le côté déplaisant.

Bizarrement, le personnage principal me fait penser à Candide au début du roman. Jeune, innocent et naïf, on dirait que c’est un voyage initiatique qu’il entreprend à vouloir partir en guerre pour rencontrer Napoléon, avant de connaître par la suite la prison et de rencontrer la femme qui suscitera en lui l’amour. On dirait presque de la poésie parfois, quand il pense à ses péripéties, comme s’il y avait une certaine mélancolie dans ce roman.

C’est un personnage séduisant pour ceux qui l’entourent, mais aussi pour le lecteur, car il n’est pas mauvais, il ne joue pas avec les personnes de la cour et pourtant, il arrive à peiner ses proches sans le vouloir. Il est complexe et simple en même temps, il est attachant et c’est pour ça que la lecture devient plus facile, car on veut savoir ce qu’il va se passer pour lui et son entourage.

Au début, j’étais tentée d’arrêter cette lecture pour un roman plus contemporain, mais au final, j’ai bien fait de le finir, car c’est bien écrit et je ne reste pas sur une impression avec un seul roman de l’auteur.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast