Mystica

Lectures de Sabbata

Vendredi 29 mars 2013 à 17:02

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/pouvoirsobscurstome2.jpg"Chloé Saunders menait une vie banale... jusqu'au jour où elle s'est mise à réveiller les morts.
Chloé est le fruit d'une expérience scientifique : non seulement elle voit des fantômes, mais elle réveille les morts, sans même le vouloir. Ce n'est pas le genre de pouvoir qu'elle aurait rêvé d'avoir un jour...
Sa vie est menacée par ceux-là mêmes qui l'avaient choisie comme cobaye.
Accompagnée de ses trois amis doués eux aussi de pouvoirs surnaturels, Chloé doit trouver quelqu'un qui l'aidera à sauver sa peau et retrouver sa liberté
."

Chloé a réussi à se faire capturer en voulant aider les autres à s’enfuir. Loin d’être seule, les docteurs qui la surveillent sont pourtant loin de vouloir son bien. Pire, ils usent de mensonges pour qu’elle dénonce la cachette des garçons. Notre héroïne fait aussi de nouvelles rencontres, vivantes ou mortes, et tente de trouver un moyen pour s’enfuir, persuadée que Tori, la peste du premier tome, les a dénoncé. La fuite commence donc.

Comme on s’y attend, Chloé est aidée afin de retrouver ses amis, elle peut notamment compter sur son amie fantôme Liz. Jamais seule, la fameuse Tori se joint à elle pour s’éloigner de sa mère, diabolique à souhait. Ainsi, on découvre une autre facette de cette jeune fille.

Plus mouvementé que le premier tome, les adolescents doivent se débrouiller seuls afin de retrouver le père de Simon et Derek, l’unique personne prête à les défendre contre l’organisation qui veut les modeler à sa convenance.

Dans ce tome, Derek nous semble plus sympathique mais aussi très maladroit envers Chloé et Tori n’est plus la vilaine fille que l’on veut claquer, ou du moins, on se retient. Chloé reste par contre très naïve, heureusement que les autres sont là parfois pour lui ouvrir les yeux.

On se plonge littéralement dans ce tome sans voir le temps passé, la suite promet de nous bluffer. Sceptique, avec le premier tome, je suis conquise avec celui-ci, j’enchaine donc ma lecture avec le dernier tome de la série.

Dimanche 24 mars 2013 à 15:36

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/pouvoirsobscurstome1.jpg"Chloé Saunders n'est pas comme les autres. Elle voit des fantômes... et ils ont des choses à lui dire.
Chloé rêve d'avoir une vie normale. Mais avec les fantômes qui la traquent sans cesse, c'est impossible. Si elle était un personnage de film, on la croirait quand elle avoue qu'elle voit des fantômes.
Dans la vraie vie, elle est envoyée à Lyle House, un institut psychiatrique spécialisé pour ados.
Les pensionnaires ont l'air de cacher eux aussi quelques secrets et Chloé ne serait pas étonnée de trouver des squelettes cachés dans les placards.
"

Ah, les adolescents et leurs problèmes ! Sauf qu’ici, Chloé est loin d’être une jeune adolescente folle à lier, bien au contraire. Placée dans une école qui peut l’aider à ne plus avoir d’hallucinations à l’aide de médicaments, elle rencontre d’autres jeunes ayant eux aussi des « troubles psychologiques ». C’est ce qui se dit, en tout cas.

Les personnages sont tout de même intéressants. Comme dans toute bande, il y a la peste de service, le garçon qui fait tomber la tête des filles (même si ici, ce n’est pas flagrant), le musclé qui ne parle pas beaucoup… Bref, chacun a sa place dans ce groupe. Les adultes sont là pour donner un semblant d’autorité, mais très vite, on devine qu’ils sont loin d’être là pour soigner ces jeunes patients, qu’il y a un but caché.

 On est loin de l’univers d’Elena et de ses amis, même si on retrouve certains êtres surnaturels bien connu dans la série les Femmes de l’Autremonde. Le public visé change, puisqu’on attire ici un public plus jeune, c’est pourquoi, on peut sans doute sentir un ralenti au niveau de l’intrigue, comme si on ne voulait pas brusquer le lecteur. Du coup, le roman est un peu long à démarrer. Au final, il faut avoir lu la moitié du livre pour qu’il se passe quelque chose d’intéressant, et la fin de ce premier tome demande à lire le second, car il semble se terminer sur une scène inachevée.

Je pense aussi qu’aimant l’auteur pour son autre série, je veux continuer celle-ci, histoire de voir jusqu’où elle pourra aller. J’espère aussi qu’il y aura plus d’actions dans le tome 2, que les personnages vont prendre de l’assurance et avancer dans leur « quête ».


Dimanche 17 mars 2013 à 17:05

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/Mondoetautreshistoires.jpg«Personne n'aurait pu dire d'où venait Mondo. Il était arrivé un jour, par hasard, ici dans notre ville, sans qu'on s'en aperçoive, et puis on s'était habitué à lui. C'était un garçon d'une dizaine d'années, avec un visage tout rond et tranquille, et de beaux yeux noirs un peu obliques. Mais c'était surtout ses cheveux qu'on remarquait, des cheveux brun cendré qui changeaient de couleur selon la lumière, et qui paraissaient presque gris à la tombée de la nuit. [...] Quand il arrivait vers vous, il vous regardait bien en face, il souriait, et ses yeux étroits devenaient deux fentes brillantes. C'était sa façon de saluer. Quand il y avait quelqu'un qui lui plaisait, il l'arrêtait et lui demandait tout simplement : "Est-ce que vous voulez m'adopter ?"»

Qualifiées comme des contes, ces histoires ont toutes les mêmes thèmes : le voyage, la recherche de la liberté, la mer, l’enfant. Des thèmes qui permettent aux lecteurs de suivre une nouvelle aventure par l’intermédiaire des personnages.

Mondo est attachant. Ce petit garçon hors du commun a le goût pour les choses simples. Il se fait des amis, est libre d’aller où bon lui semble, mais laisse un vide dans le cœur des gens qui ont pu le connaitre.

Autant ce premier conte est bien passé en lecture, autant les autres semblent être de simples répétitions avec des personnages différents. L’auteur traite très souvent les mêmes sujets, si bien qu’on essouffle dans la lecture. Pourtant, il suffit d’un passage lu au bon moment pour pouvoir continuer à lire ce livre.

A la fin, c’est surtout la nouvelle Les Bergers que je n’ai pas apprécié, alors que la nouvelle Celui qui n’avait jamais vu la mer m’a beaucoup plus.

Le piège avec cet auteur, c’est qu’on lui pardonne ces thèmes vu et revu grâce à son écriture qui est magnifique à mes yeux, tant elle est poétique et entraînante.

Lundi 11 mars 2013 à 15:16

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/hautsdehurlevent.jpg"Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s'approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste. Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses soeurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l'orgueilleux qui l'a tuée."

Ce roman trainait dans ma bibliothèque depuis un moment déjà alors que je connaissais l’histoire depuis le lycée, la lecture s’imposait. J’avais vu le film de je ne sais plus quelle année, c’était en noir et blanc, bref, une belle adaptation, pourtant, en lisant le livre, j’ai l’impression de redécouvrir l’histoire, comme si j’avais raté quelque chose.

Ce qui m’habite après la lecture ? La frustration, je pense. Ce roman est très beau, très bien écrit. La mort de Catherine est épouvantable, l’attitude de Heathcliff impardonnable, pourtant, on est pris par les événements qui se succèdent. Au final, ce n’est pourtant que la vie d’une famille qui bascule à cause de la jalousie, des sentiments inavoués.

C’est assez étrange, parce que j’en attendais plus de ce roman. Je l’ai aimé, certes, mais j’ai l’impression que ce n’est pas assez, comme s’il manquait quelque chose pour que je puisse dire : « waouh ! C’est génial, il faut que je le relise ! ». Il n’y a rien à reprocher, je pense, mais j’ai dû mal à croire que la petite Cathy a su se faire berner par son oncle qui doit devenir son beau-père. Son amour pour Linton a dû l’aveugler un petit peu trop, je ne sais pas. Sans oublier ce mariage interfamilial qui me laisse sans voix. Cela se faisait beaucoup avant, certes, mais ça me paraît tellement bizarre de le voir dans un roman (il faut dire que les codes changent entre la France et l’Angleterre au niveau de la littérature).

Bon, la fin est tout de même très bien faite. Elle symbolise l’harmonie après la mort, tout sentiment négatif est effacé pour accéder à la paix, c’est beau, mais je reste sur ma faim. Au final, tout ce que j’avais retenu, c’était l’amour fou entre Catherine et Heathcliff alors que c’est plus complexe que ça. A relire je pense dans quelques années, histoire de revoir mon jugement.

Dimanche 3 mars 2013 à 18:15

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/completeshortfiction.jpg"Fairy tales, ghost stories, detective fiction and comedies of manners - the stories collected in this volume made Oscar Wilde's name as a writer of fiction, showing breathtaking dexterity in a wide range of literary styles. Victorian moral justice is comically inverted in 'Lord Arthur Savile's Crime' and 'The Canterville Ghost', and society's materialism comes under sharp, humorous criticism in 'The Model Millionaire', while 'The Happy Prince' and 'The Nightingale and the Rose' are hauntingly melancholic in their magical evocations of selfless love. These small masterpieces convey the brilliance of Wilde's vision, exploring complex moral issues through an elegant juxtaposition of wit and sentiment."

Un peu de lecture anglaise pour reprendre les bonnes habitudes avant de retourner en cours de langue, ce n’est pas grand-chose, mais c’est toujours ça de pris. Ce recueil est divisé en plusieurs parties et possède des nouvelles, des contes mais aussi de la poésie en prose. Après le théâtre et le roman, ce sont des nouveaux genres que je découvre sous la plume de cet auteur anglais du XIXe siècle. Certains thèmes prédominent : la mort essentiellement, mais aussi le dénouement souvent inattendu. Pourtant, malgré le thème sombre, nous avons souvent affaire à une fin heureuse.

Dans la partie Le Prince heureux et autres contes, nous lisons des contes qui utilisent la métaphore de manière à comprendre l’histoire au premier degré, alors que la vérité est tout autre si on décide d’aller plus loin dans l’analyse. C’est assez obscur parfois, il y a des morales, de temps en temps de l’humour. L’auteur semble casser l’image de son temps et réussit avec brio.

Vient ensuite la nouvelle Le Portrait de M H. W., qui pourrait plaire aux lecteurs de Shakespeare, puisque les personnages présentés discutent de l’identité réelle de ce fameux M W H auquel Shakespeare ferait allusion dans ses sonnets. C’est une recherche littéraire très intéressante, bien menée pour que le lecteur ne s’ennuie pas.

Les nouvelles qui suivent sont plus longues, toujours très sombres, je pense à celle qui raconte l’histoire d’un pêcheur amoureux d’une sirène par exemple, une nouvelle qui m’a beaucoup touchée, mais pas seulement. J’ai aussi adoré l’histoire du Fantôme de Canterville.

Pour la poésie en prose, je ne saurais pas quoi dire. Le thème de la religion est abordé, ça se lit bien mais que dire de plus ?

En bref, c’était plaisant de découvrir d’autres écrits d’Oscar Wilde, j’ai adoré me plonger dans son univers, c’est un de mes grands auteurs préférés.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast