Mystica

Lectures de Sabbata

Jeudi 29 décembre 2011 à 23:14

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/inked.jpg
"From today's most provocative authors come four tales of urban fantasy and paranormal romance exploring body art that is more than it seems-in a world of magic and mayhem that always leaves its mark.

This captivating tattoo theme surrounds each author's popular characters and worlds: Karen Chance's war mage Lia de Croissets, Marjorie M. Liu's demon-hunter Maxine Kiss, Yasmine Galenorn's Otherworld Intelligence Agency operative Camille D'Artigo, and Eileen Wilk's Lupi world.
"

Skin Deep, la nouvelle de Karen Chance, fut une bonne surprise, malgré mon manque de compréhension parfois face à l’histoire, peut-être à cause de mon manque de concentration ou tout simplement la régression de mon anglais à force de lire en français afin de me faciliter la tâche. C’est pourquoi, je ne m’attarderai pas dessus et reviendrai peut-être un jour si j’ai le courage de relire la nouvelle.

 En revanche, je peux librement parler de la nouvelle de Marjorie M. Liu, Armor of Roses, qui fut un grand plaisir de lire. Liée à la magie, l’héroïne nous entraîne dans le passé à la recherche de Black Cat, un ennemi de sa grand-mère des décennies plus tôt. L’histoire est intéressante, remplie d’action, un réel plaisir pour les yeux.

Bien sûr, la nouvelle de Yasmine Galenorn fut ma préférée. Cette nouvelle, qui se passe avant la série des Sœurs de la Lune, raconte la rencontre entre Camille, la fille aînée, et Trillian, son amant pour la vie. On y découvre une Menolly toujours mi-humaine, mi-sorcière, une Delilah fidèle à elle-même, une agence tordue avec un patron obsédé et un criminel dangereux et en liberté. Liant à merveille l'action, une enquête et la séduction, c'est ma nouvelle coup de cœur du recueil.

Enfin, Eileen Wilks nous entraîne dans une enquête policière très bien menée. L'action et les rebondissements sont au rendez-vous, c'est une bonne surprise venant d'un auteur que je ne connaissais pas.

Voilà pour l'avis général, en vous souhaitant une bonne lecture.

Jeudi 29 décembre 2011 à 23:00

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/JulesVerne.jpg"Phileas Fogg , gentleman anglais, membre éminent du Reform club est un homme curieux, à la fois ponctuel et méticuleux. Il parie 20 000 livres avec les membres de son club qu'il parviendra à boucler le tour de la terre en 80 jours : « un anglais ne plaisante jamais quand il s'agit d'une chose aussi importante qu'un pari. ». « Donc, ajouta-t-il en consultant un calendrier de poche, puisque c'est aujourd'hui mercredi 2 octobre, je devrais être de retour à Londres, dans ce salon même du Reform-Club, le samedi 21 décembre, à huit heures quarante-cinq du soir, faute de quoi les vingt mille livres déposées actuellement à mon crédit chez Baring frères vous appartiendront de fait et de droit, messieurs ». Le soir même, accompagné de son fidèle domestique français, Passepartout, il prend le train pour Paris. Soupçonné, à tort, d'être l'intrépide voleur de la Banque d'Angleterre, il sera également suivi tout au long de ses pérégrinations par le détective Fix qui ne parviendra cependant jamais à l'arrêter, le mandat d'amener arrivant toujours trop tard."


La fin d’année approchant, j’ai eu l’idée d’emprunter à ma famille un classique que je n’avais jamais lu. Le livre choisi fut un célèbre écrit de Jules Verne.

 Avec une écriture très agréable à lire, l’auteur nous emmène avec son héros à travers le monde, en utilisant des descriptions claires et utiles. C’est cela qui m’a plu. Même si certains endroits du monde méritent de s’y attarder, l’auteur ne nous endort pas avec des descriptions qui n’en finissent pas sur des objets futiles. Bien au contraire, il prend la décision de décrire l’essentiel, à la manière qu’aurait fait son héros Phileas Fogg, si on lui avait donné la parole.

 L’histoire est captivante. Nous connaissons tous cette œuvre à travers les quelques extraits de textes étudiés en cours ou à travers les divers téléfilms, peu fidèles à l’œuvre pour certains.

 Très facile à lire, le roman n’est pas le plus long de l’écrivain, mais il est agréable du début à la fin. Personnellement, lire ce livre de Jules Verne m’a donné l’envie d’en lire d’autres dans les prochains mois à venir.

 

Lundi 12 décembre 2011 à 20:04

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/nouvellesdracula.jpg
"De Hollywood aux camps de concentration, de la Roumanie de Ceaucescu aux plages de Floride, hantant les vieux châteaux comme les centres commerciaux, les vampires sont partout.

Acteurs, tueurs à gages ou paisibles retraités, prenant l'apparence d'innocentes petites filles ou de... vamps, ils vous guettent, vous, observent, prêts à vous saigner à blanc ou à vous inviter à rejoindre le club..."
 


Au départ, c’était surtout pour la nouvelle d’Anne Rice, il fallait découvrir ce qu’elle avait pu écrire sur Dracula, elle qui est mondialement connue pour sa chronique des vampires, entre autre.

Puis au fil des nouvelles, certaines se lisent très naturellement. Bien entendu, comme tous les recueils, certaines ne semblent pas être à la hauteur, mais ce fut rarement le cas ici.

Le recueil de 400 pages contient 19 nouvelles remarquables. Le point commun de la majorité ? Le cinéma, en particulier l’acteur Bela Lugosi, cité comme référence ou héros d’une nouvelle.

La nouvelle d’Anne Rice, Le Maître de Rampling Gate, est pleine de volupté, riche dans la langue utilisée, l’histoire est prenante.

Dans sa globalité, chaque histoire possède un lien direct avec le personnage de Dracula, mais ce n’est pas toujours le cas, il n’est parfois pas cité ou possède un autre nom. Tantôt bon, tantôt ignoble, chaque auteur donne sa propre interprétation, leur image de ce qu’est Dracula, on possède ainsi un énorme choix, sans oublier le changement d’époque, allant de la fin du XIXe siècle aux années 90.

Difficile à trouver, ce recueil édité dans une ancienne maison d’édition spécialisé dans le genre fantastique est accessible en occasion à prix réduit, voici le nom de quelques auteurs qui ont retenu mon attention lors de ma lecture (en plus d’Anne Rice bien entendu) :

Heather Graham, Le Vampire dans le Placard

Dick Lochte, Rêve de Vampire

Tim Sullivan, Los Niños de la Noche


Lundi 12 décembre 2011 à 19:43

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/10591043031277.jpg"La triste fin du petit enfant huître est le premier recueil de textes du cinéaste Tim Burton. Les histoires sont celles d'enfants tristes, différents, solitaires, où l'on retrouve les personnages de ses films, comme Edward aux doigts d'argent, ainsi que l'atmosphère onirique et poétique de l'Etrange Noël de Monsieur Jack, grâce à ses dessins qui accompagnent les textes. Emotion, tendresse, rire et cruauté sont au rendez-vous. Les vingt-trois petites histoires de ce livre réunissent autant de petits monstres : un enfant huître, robot, melon, momie, un enfant toxique, une fille avec plein d'yeux, une autre faite d'ordures. L'enfant huître par exemple fait le malheur de ses parents qui le désiraient tellement. Ils finissent par le manger. Les textes sont présentés en bilingue."

Tim Burton est surtout connu pour ses nombreux films tel qu’Edward aux mains d’argent, Sweeny Todd, Sleepy Hollow ou dernièrement Alice aux pays des merveilles. Cependant, le réalisateur écrit également des petits poèmes recueilli ici en une centaine de pages illustrées.

Poèmes plutôt brefs, on y retrouve son univers morbides avec des histoires peu communes, des personnages très spéciaux, des mœurs négatives et autres étrangetés.

Il est difficile de donner un avis sur ce petit livre, le prix est cher pour si peu de choses. D’un autre côté, on se demande si cet homme ne vaut pas ce prix. C’est partagé.

Il est vrai que les poèmes sont courts et originaux, mais justement, c’est peut-être trop original ou trop court pour être publié. Pourquoi ne pas avoir attendu un moment pour donner aux fans une œuvre plus grande ? Est-ce un moyen de faire parler de soi de s’essayer à la poésie ?

Il ne nous faut qu’une demi-heure à peine pour lire le recueil. Peut-être nous faut-il d’avantage de temps pour y déceler une morale, un fil conducteur, quelque chose pour aller plus loin que l’apparence du livre.

 

Les mots sont difficiles à trouver pour décrire les émotions qui interviennent pendant et après la lecture. L’avis étant partagé, peut-être vaudrait-il mieux en rester là pour la description de l’œuvre.



Lundi 12 décembre 2011 à 11:34

http://mystica.cowblog.fr/images/Lectures20102013/BP05etoilesorciere.jpg
 
"Ce sera bientôt l'ultime combat contre le Seigneur Noir. Elena la sor'cière a regagné l'île de Val'loa où elle espère reconstituer ses forces. C'est alors qu'Harlequin Quail entre en scène, un petit homme en costume de bouffon qui se prétend espion. Il revient tout juste de la forteresse de Noircastel où subsisterait l'un des portails du Weir, le plus puissant, avec lequel, dans une lune à peine, le Seigneur Noir instaurera un règne maléfique. Elena et la puissante magie du Journal Sanglant peuvent encore l'arrêter, mais Noircastel est un bastion impénétrable, et seul le Seigneur Noir sait où le portail est caché. Traqués par les sbires de l'ennemi, menacés par un traître dans leurs rangs, Elena et ses courageux compagnons vont tenter d'achever une quête désespérée. En route, de nombreuses questions trouveront leur réponse, maintes illusions voleront en éclats et les liens de la magie et de l'amour seront éprouvés jusqu'au point de rupture..."
 
 


Dernier tome de la série Les Bannis et les Proscrits, inutile de lire la suite de cet avis si vous ne voulez pas être spoilé, merci d’avance.

**********
*****
***
*

Elena est plus proche que jamais de détruire les sombres desseins maléfiques du Seigneur Noir, lointain ancêtre d’un de ses compagnons. Mais qui dit plus proche du mal dit changement pour beaucoup de personnages.

La fin du monde est proche, notre équipe doit à tout prix détruire le portail de Weir avant qu’il ne soit trop tard. Mais dans les moments les plus sombres, des choix difficiles doivent être pris, peu importe la condition et le nombre de vie emporté par la même occasion.

Depuis le premier tome, les cadavres s’enchaînent, les combats et les complots divers également. On suit la progression d’Elena, la Sor’cière apte à redonner vie au monde. Jeune fille à peine adulte, on retrouve une jeune femme aidé de son homme de lige et époux Er’ril à prendre de plus en plus confiance en elle, sans oublier son frère et ses nombreux compagnons.

Certainement un très gros coup de cœur, c’est une série riche rien qu’avec son histoire, la mise en scène du devoir universitaire, l’humour de l’auteur introduit dans les premières et dernières pages.

Ce cinquième et dernier tome est sans conteste le plus abouti de tous, l’action est au rendez-vous à chaque tournant. Chaque personnage se voit confier une mission, plus ou moins mise à mal par le Seigneur Noir, bien qu’il soit bien loin d’eux jusqu’à la scène finale. C’est également le moment de découvrir qui est vraiment Chi, quelles sont ses réelles intentions.

Voilà, c’est une lecture qui s’achève mais un succès qui restera. Prochaine étape ? La lecture de son autre série : La Chronique des Dieux qui compte actuellement en français deux tomes aux éditions Bragelonne.


<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast