Mystica

Lectures de Sabbata

Vendredi 13 février 2015 à 15:09

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2015/81Sdqwn7XfLSL1500.jpgOn ne devient pas le tueur parfait par hasard.
 
Gaelan Feu du Ciel est un fermier, un époux heureux et un père de famille ; bref, un homme simple et discret. Pourtant, il est aussi immortel, et d’un talent inégalé pour les arts de la guerre. À travers les siècles, il a arboré de nombreux visages, mais bien trop souvent les événements l’ont sorti de l’ombre pour faire de lui un héros, portant ses différents noms à la postérité. Cette fois-ci, sa nouvelle mission commanditée par la dangereuse courtisane Gwinvere Kirena pourrait bien détruire tout ce en quoi il a toujours cru.


La série initiale comporte trois tomes mais cela se fait de plus en plus de publier une nouvelle pour raconter l’origine de la série. Milady en est friand et il faut dire que les auteurs anglophones adorent faire ça.

C’est donc une courte nouvelle que j’ai pu rapidement lire… ou rapidement expédié, au choix. Si la question se posait, non, je n’ai pas accroché à cette histoire pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, bien que ce soit une nouvelle, je n’ai pas trouvé l’histoire utile, on a plus l’impression que c’est une excuse pour avoir oublié d’écrire le passé du personnage principal dans la série. Peut-être que les tomes ont une façon propre de traiter l’histoire et que ça convient aux fans de la série. Passons.

Mais il y a un problème avec cette nouvelle. Déjà, elle se passe avant la série, jusque-là, tout va bien, sauf quand on rajoute en plus des flashbacks, sans réel indications au niveau de la forme, il n’y a pas de dates donnés, on dirait des pensées désorganisées. Si le lecteur a une seconde d’inattention, il est perdu.

Enfin, je dirai que je ne comprends pas bien le but de cette nouvelle. Vous pourriez me dire : « bah c’est simple, lis la série et tu comprendras. » Eh bien non, ce n’est pas aussi simple. Pour moi, une nouvelle doit donner envie de découvrir la suite, comme ce fut le cas pour la série Alpha et Oméga de Patricia Briggs, ou Yasmine Galenorn avec les Sœurs de la Lune, et j’en passe.

Un dernier point plus personnel. Je lis peu de fantasy en ce moment, mais à chaque fois, il est question d’assassin et je dois avouer que depuis avoir lu Robin Hobb, j’ai du mal à trouver mieux. C’est donc cette auteure que je vais suivre.

Mardi 10 février 2015 à 14:02

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2015/15529834672.jpgLorsque le jeune Fitz est conduit à la cour des Six-Duchés, il ne sait pas encore que sa vie - et celle du royaume tout entier - va s'en trouver bouleversée. Le roi-servant Chevalerie, père de cet enfant illégitime, devra renoncer au trône pour ne pas entacher la réputation de la famille royale... Et nombreux sont les prétendants à la succession... Fitz se retrouve isolé au centre d'un univers qu'il ne connaît pas. En quoi le Vif, cette étrange magie qu'il découvre et qui lui permet de communiquer avec les animaux, est-elle si dangereuse ? Et pour quelle raison le roi Subtil fait-il appel à lui pour lui enseigner une forme étrange de diplomatie : l'art de tuer ? Poisons, magies et lames effilées vont bien vite devenir le quotidien du jeune bâtard princier...

Premier tome de la série tant conseillé par les fans que j’ai pu côtoyer. J’avoue, j’ai mis le temps avant de me mettre à cette série, mais elle vaut le coup. Bon, j’ai fait par contre l’erreur de prendre l’intégrale 1 qui fait plus de 1000 pages, autant dire que c’est effrayant et je veux lire à mon rythme, il y aura donc un avis pour chaque livre au lieu d’un seul pour l’intégrale. Ce sera plus simple.

J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de personnages et même si leurs noms sont simples à retenir, ce n’est pas évident au début de comprendre qui fait quoi, qui est en lien ou pas, mais avec la lecture, beaucoup de choses s’éclaire.

Fitz est un personnage attachant, pour qui on ressent de la pitié au début. On veut le suivre, voir comment il évolue et il évolue. L’auteur a décidé de le faire grandir vite, une très bonne idée car c’est fluide, je n’ai pas trouvé de temps mort, de descriptions trop longues.

L’intrigue s’installe doucement, l’histoire avance en même temps que les personnages, une maturité s’installe très vite. A la fin, Fitz n’est pas le seul personnage que l’on veut suivre et surtout, ce n’est pas le seul être vivant qui nous touche. En effet, les amoureux des animaux seront conquis par le point de vue de l’auteur sur les liens que peuvent entretenir les hommes et les animaux et personnellement, c’est quelque chose qui m’a séduit.

Même si le début fut difficile à cause de ma petite frayeur psychologique, je dois avouer que j’ai vraiment apprécié cette première lecture et même si je mettrais le temps, je vais lire la suite avec grand plaisir. En tout cas, maintenant que je connais cette série, je pense que ce sera difficile de l’arrêter.

Mardi 30 décembre 2014 à 22:02

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/9782253195146T.jpg«Vous ai-je déjà parlé de mon talent pour me fourrer dans des situations invraisemblables ? Eh bien, ça se confirme. Il y a 48 heures, une folle m'attachait sur une table de dissection, et voilà qu'aujourd'hui je découvre des Chalcrocs, nos ennemis ancestraux, en train de repérer les adresses parisiennes de tous ceux de mon peuple. Nous sommes en danger. Les plus faibles d'entre nous vont être évacués. Du coup, le jour je bosse sur une de mes enquêtes étranges pour les services secrets et, la nuit, je pars en chasse ! Est-ce qu'un jour je pourrai passer une soirée tranquille avec mon fiancé '»

J’ai tardé à le lire, mais au final, il vaut le coup, comme les tomes précédents, sauf que celui-ci a un petit plus.

Les tomes se suivent, l’intrigue principale continue, peu de temps s’écoule entre chaque roman, si bien qu’il faut avoir les derniers événements en tête si on ne veut pas être perdu. Mais le plus de cette série, c’est la logique des événements, des ennemis qui se suivent. Tout est calculé depuis le premier tome, l’auteur sait vraiment où elle va et comment enchaîner les différents retournements de situation.

Lou me fait triper, tout simplement. Elle a une façon bien à elle d’être chou, je l’imagine presque faire les grands yeux avec une petite bouille et j’adore la voir aussi complice avec Joshua. D’ailleurs, ce dernier est juste exceptionnel dans ce tome. Il y a une fameuse scène qui m’a surprise. J’avais envie de l’embrasser moi-même ! Dans les deux précédents tomes, on le voyait sérieux, il se relâchait rarement, mais là… OMG !!!!!!!!!!!! Honnêtement, j’aurais bien aimé qu’il me fasse la scène qu’il a fait à Lou, car j’aurais eu l’excuse de lui sauter dessus.

On ne vous cache rien, ça risque d’être compliqué par la suite. Les chalcrocs sont de plus en plus féroces et difficiles à maîtriser… parce qu’ils évoluent. Notre petit couple a du souci à se faire, mais ce sera un réel plaisir de lire la suite.

On peut dire que je finis bien cette année grâce à cette lecture ^^.

Lundi 29 décembre 2014 à 14:34

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/1053316gf.jpgAprès quelques années passées à enseigner à Baltimore, Shane Abbott est de retour à Sharpsburg, le village de montagne où elle est née, pour réaliser son rêve de toujours : restaurer la maison familiale et la transformer en boutique d'antiquités. Pour redonner vie à cette demeure qu'elle adore, Shane recrute Vance Banning, un menuisier qui vient de s'installer dans la région et dont elle ignore tout. Dès le premier instant, une irrésistible attirance entraîne Shane vers cet homme mystérieux au regard tourmenté. Mais elle est tenue à distance par Vance qui semble n'aspirer qu'à la tranquillité et au silence, loin de toute présence féminine. Partagée entre l'intensité de son désir et la peur de souffrir, Shane savoure la complicité qui s'instaure malgré tout lentement entre eux. Jusqu'au jour où, aspirée par le feu ardent de la passion, elle devient sa maîtresse. Mais pourra-t-elle véritablement, au-delà des étreintes enflammées, s'immiscer dans ce coeur meurtri et panser les blessures secrètes de Vance ? Pourra-t-elle le convaincre qu'à l'approche de Noël, un amour authentique et sincère est la plus merveilleuse des promesses ?

S’il y avait un livre à lire en ce moment, c’était bien celui-ci, le seul bouquin qui fasse parti de ma PAL en lien direct (ou pas) avec la saison. Par contre, à part le titre et la toute fin du livre, j’avoue que le côté Noël n’est pas très présent. Mas bon, c’est l’histoire qui compte, non ?

On va commencer par le petit bémol pour rattraper avec ce qui va bien. Oui, parce qu’une grande auteure qui sort fréquemment des livres ne peut avoir de livres parfaits complètement différents les uns des autres. En effet, même si ici on lit une romance des plus simples et des plus efficaces, il faut admettre qu’il y a de grandes similitudes avec le roman La Maison du Mystère, chroniqué il y a quelques temps déjà. Pour commencer, on a affaire à un homme qui veut quitter la ville, s’enfermer dans un coin reculé pour être tranquille (comme l’héroïne du livre précédent), sans compter qu’il y a une maison, même deux, à retaper (Nora aime bien le côté manuel) et que les deux personnages ne s’apprécient pas vraiment au début, jusqu’à succomber.

La vraie différence est dans la psychologie des personnages, avec une héroïne complètement en dehors du temps, à des années lumières de nous, mais ça la rend tellement drôle et touchante. Sans oublier cet homme mystérieux qui a un répondant mordant, on a envie de le frapper avant de l’embrasser, les nuits doivent être mouvementées avec lui…

Pas d’intrigue policière ici, on lit simplement de la romance pour de la romance, on revient aux bases de la littérature sentimentale, le genre « Harlequin » que j’aimais bien lire plus jeune, trouvés très souvent dans la collection de ma mère. C’est tout de même plaisant, ça fait du bien, c’est de la détente assurée.

Ce n’est pas de la littérature prise de tête. On lit, on se sent bien, c’est tout. Un pur moment de lecture sous la couette, sur le canapé, avec un thé fumant, une musique assez légère. Et vous, que lisez-vous pour vous détendre ?

Dimanche 28 décembre 2014 à 16:12

http://mystica.cowblog.fr/images/lectures2014/9782207116685.jpgBienvenue dans le monde jubilatoire et déjanté de Laura Fernández.

Dans la ville fictive d’Elron, à la fin des années 90, une poignée d’élèves et de professeurs se préparent au célèbre bal des Monstres du lycée Robert-Mitchum. Erin, seize ans, se réveille un matin et découvre avec effroi que ses cheveux sont pleins de vers, que ses doigts tombent les uns après les autres… Tout semble indiquer qu’elle est morte… Pourtant, malgré son odeur pestilentielle et sa chair en lambeaux, Erin doit quand même aller en cours. Elle cache son corps putréfié de zombie derrière des vêtements informes et du maquillage, et personne ne semble s’apercevoir de son état.

Derrière un récit survolté et gorgé de références à la Pop culture se dessine une description juste de l’adolescence, entre exploration de soi et désir de se fondre dans la masse. Le tout servi par un style vif et original, un ton irrévérencieux et des rebondissements tout à fait loufoques.


Dans ce roman espagnol, on suit la vie de quelques personnes d’un lycée, soit quelques élèves et personnes du corps enseignant. Ces personnages sont nombreux dans ce livre, néanmoins, on arrive très facilement à tous les suivre, à faire des liens entre eux et je trouve ce point très fort, car on a souvent du mal à comprendre qui est qui, quand on change de scène, le lecteur est vite perdu parce qu’il a oublié la moitié des noms. Ce n’est pas du tout le cas ici, j’aimerais bien savoir faire comme l’auteur.

Au niveau de l’histoire, c’est parfois assez cru. On suit tout de même des lycéens en pleine puberté, je vous laisse imaginer à quoi ils peuvent penser, ce qu’ils planifient,… C’est aussi une histoire originale, il y a une touche de fantastique qui aide à aborder des sujets de société sans que cela choque. En effet, nous sommes nombreux à être allé au lycée et nous savons que ce n’est pas uniquement un lieu d’étude, d’autres choses s’y passent et il y a parfois une impression de tabou, comme si on voulait fermer les yeux. Ici, c’est donc une vision romanesque mais aussi journalistique, d’une certaine manière. On implante ainsi du second degré, des références de science-fiction, une élève zombie et le tour est joué, ça marche, on a envie de lire et de connaître la fin.

Mais la fin, justement, quel dommage ! Pourquoi est-elle aussi rapide ? J’ai l’impression d’avoir loupé un épisode. J’aurais tellement aimé lire un peu plus, je suis sûre que quelques pages en plus aurait suffi pour vraiment tout boucler correctement, même vingt pages, c’était bon. De plus, le dernier chapitre se concentre sur un personnage qu’on a à peine vu. C’est comme si on partait sur autre chose.

Bon, il faut aussi se dire qu’à part ce point, ce roman est très bien. C’est le premier roman de cette auteure et si elle corrige ce petit défaut, elle pourra assurer pour ses autres projets (si elle en a).

Malgré ce petit bémol, j’avoue avoir bien aimé ce roman. Je serai ravie de lire d’autres romans de Laura Fernandez si elle continue à écrire.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast